Accord UE-Mercosur : "Les agriculteurs français ne vont pas y gagner", selon la FNSEA

, modifié à
  • A
  • A
Christiane Lambert veut être reçue en urgence par le président de la République. 2:57
Christiane Lambert veut être reçue en urgence par le président de la République. © Europe 1
Partagez sur :
Pour la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, "avoir un accord globalement positif ne résout pas le problème des secteurs les plus touchés", dont celui de l'agriculture.
INTERVIEW

Haro sur l'accord avec le Mercosur : l'opposition d'extrême gauche et d'extrême droite, mais aussi une partie de la majorité, rejette le projet d'accord entre la zone de libre-échange sud-américaine et l'Union européenne. C'est aussi le cas de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, qui pointe par la voix de sa présidente Christiane Lambert les nombreux inconvénients de ce texte pour l'agriculture française.

Des secteurs concernés déjà en difficulté

"Les agriculteurs français ne vont pas y gagner", résume la présidente de la FNSEA au micro d'Europe 1, dimanche matin. "Lorsqu'on me dit que cet accord est bon pour certains secteurs, on ne va pas dire aux producteurs du Cantal de faire du champagne ou du cognac, ça ne ressemble à rien. Et dire qu'on a un accord globalement positif ne résout pas le problème des secteurs les plus touchés."

" Les produits qui arrivent sont des produits à très bas coûts parce que les conditions de production sont totalement différentes de l'autre côté de l'Atlantique "

"Pour l'agriculture, les secteurs qui vont le plus souffrir sont ceux déjà en difficulté : la viande bovine, la viande de volailles, le sucre, l'éthanol." Et la présidente de détailler ce qui ressemble à ses yeux à une inondation de produits néfaste à l'agriculture : "Les produits qui arrivent sont des produits à très bas coûts parce que les conditions de production sont totalement différentes de l'autre côté de l'Atlantique. On va pouvoir exporter 45.000 tonnes de produits laitiers, alors que 350.000 tonnes de viande vont rentrer", compare-t-elle. "Il y a des petits volumes potentiellement exportables et des volumes de viande qui vont effondrer la filière. Pour le sucre, c'est 180.000 tonnes et 650.000 tonnes pour l'éthanol."

"Pas la même conception de la vigilance sanitaire"

Christiane Lambert pointe plus particulièrement le danger de voir arriver sur le marché français des produits pas véritablement aux normes sanitaires françaises : "C'est rêver que de dire qu'on va créer une police mondiale de l'alimentation, surtout quand on a vu le scandale de la filière viande l'année dernière, répond-elle au ministre de l'Économie Bruno Le Maire, qui a annoncé se montrer "extrêmement vigilant" sur les normes sanitaires des produits importés. "Il n'y a pas la même conception de la vigilance sanitaire d'un côté et de l'autre de l'Atlantique. Depuis des années, nous le dénonçons."

Et à l'heure où les deux parties se sont mis d'accord sur le contenu du texte, la FNSEA veut maintenir la pression sur l'exécutif : la structure a demandé vendredi à être reçue en urgences par le président Emmanuel Macron, sans réponse. "Nous allons relancer lundi", annonce Christiane Lambert. "Nous souhaitons qu'au Parlement européen, il puisse être débattu et rejeté", veut-elle croire.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec