Un possible Banksy soutenant les "gilets jaunes" découvert sur un mur de Bordeaux

  • A
  • A
Un pochoir évoquant la "Petite fille au ballon" de Banksy, revêtue d'un gilet jaune et avec la main ensanglantée, a été découvert à Bordeaux.
Un pochoir évoquant la "Petite fille au ballon" de Banksy, revêtue d'un gilet jaune et avec la main ensanglantée, a été découvert à Bordeaux. © MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :
Deux pochoirs évoquant des œuvres de Banksy ont été découverts dans les rues de Bordeaux ce week-end, mais leur authenticité reste encore à prouver. 

Pastiche ou original ? Un pochoir évoquant la "Petite fille au ballon" du street-artiste Banksy, revêtue cette fois-ci d'un gilet jaune et le bras levé avec la main arrachée et ensanglantée, a fait son apparition sur les murs de Bordeaux, l'un des bastions du mouvement des "gilets jaunes". Même si de lourds doutes planent sur son authenticité, l'oeuvre agite les réseaux sociaux, qui veulent y voir un possible soutien du mystérieux artiste de Bristol aux luttes des "gilets jaunes", dont la ville de Bordeaux est l'un des rendez-vous incontournables chaque samedi.

Un autre pochoir évocateur... Tout aussi photographié par les Bordelais et les touristes que cette petite fille du Cours d'Albret, un pochoir évoquant cette fois-ci le "rat anarchiste" cher au mystérieux graphiste, a été repéré place de la Bourse, lieu de rendez-vous des "gilets jaunes" avant leurs manifestations. A la place du "A" encerclé, symbole de l'anarchie, le rôdeur brandit une pancarte proclamant "RIC", évocation du fameux référendum citoyen que réclament les "gilets jaunes".

Une authenticité qui reste à prouver. Gros doute cependant : l'artiste n'a pas pour l'instant revendiqué ces œuvres sur son site Internet ou sur les réseaux sociaux. Mais ceux qui veulent y croire soulignent que les images sont apparues peu après un concert donné le 14 février à Bordeaux par le groupe britannique Massive Attack, dont l'un des membres, Robert Del Naja ou 3D, est soupçonné d'être le mystérieux graffeur. En attendant, les services de propreté de la ville n'avaient encore rien effacé lundi.