Pascal Obispo : "J'aimerais beaucoup travailler avec PNL ou Booba"

  • A
  • A
Pascal Obispo 2:46
Pascal Obispo apprécie beaucoup le travail des rappeurs français © Europe 1
Partagez sur :
Pascal Obispo quitte sa maison de disques et lance sa propre application de musique. Invité de l'émission d'Anne Roumanoff "Ça fait du bien" à cette occasion vendredi, le chanteur explique aussi son amour pour le rap et ce qu'il appelle "les musiques urbaines". Et revient sur son projet d'album avec des rappeurs.
INTERVIEW

En 2021, Pascal Obispo a décidé d'innover. Le chanteur quitte sa maison de disques et lance "Obispo All Access", sa propre application mobile autour de sa musique. Mais ses envies de nouveautés ne s'arrêtent pas là. Vendredi, dans l'émission d'Anne Roumanoff Ça fait du bien, Pascal Obispo revient sur son projet de travailler avec des rappeurs, et précise que ce désir est toujours d'actualité. Interrogé sur ces derniers coups de cœur musicaux, Pascal Obispo a assuré écouter des artistes d'univers très différents. Et poursuit un peu plus loin.

"J'aimerais bien faire un truc avec PNL ou Booba par exemple", dévoile le chanteur, qui explique apprécié grandement la musique des deux rappeurs français. "J'aime beaucoup PNL. Je trouve qu'ils ont inventé un son qui est ultra moderne", poursuit-il. Pascal Obispo apprécierait également de travailler avec deux stars internationales : "Adèle ou Paul McCartney, des trucs un peu classiques pour moi".

"J'avais commencé avec travaillé avec Sadek, Seth Gueko et Kool Shen"

Pascal Obispo est également revenu sur le projet, toujours pas sorti, d'album de reprises de ses titres par des rappeurs. C'est Seth Gueko, qui devait y participer, qui l'avait rendu public en février 2019. "Quand on a fait 30 ans de musique et quand on a eu la chance de passer à la radio, les maisons de disques vous sautent dessus en disant qu'elles vont prendre des jeunes artistes pour vont chanter vos chansons", observe-t-il. "Je trouve que c'est ringard, ça ne me plaît pas. C'est bizarre, on a l'impression que ça sent la fin."

Pascal Obispo a donc décidé de prendre le contre-pied de cette habitude des maisons de disques. "J'avais eu l'idée que les rappeurs samplent mes titres et retapent dessus. J'ai rencontré plein d'artistes qui étaient ok", indique-t-il. "On avait commencé avec Sadek, avec Seth Gueko, avec Kool Shen. Seth devait reprendre Ma liberté de penser, avec Kool Shen on avait commencé à travailler sur Lucie."

Au sujet de cette chanson, Pascal Obispo trouve d'ailleurs une proximité avec Pompei, le dernier titre de Booba. Mais donne une explication pas tout à fait convaincante sur la suspension du projet d'album. "Au moment où je l'ai fait, il y a eu vraiment l'explosion de la musique urbaine et du rap, donc je pense qu'ils sont très occupés", estime-t-il.

Europe 1
Par Alexis Patri