"Maman m'a dit que c'était bien..." : aux Vieilles Charrues, la musique de génération en génération

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
De Clara Luciani à Iggy Pop, il y en avait pour tous les goûts sur les différentes scènes du plus grand festival de France, vendredi soir. 
REPORTAGE

Dans la foule compacte des Vieilles Charrues, la voix de Clara Luciani chante son tube devenu un hymne féministe, La Grenade. Et à chaque refrain, Léa, 8 ans, bottes en caoutchouc aux pieds, chante à pleins poumons. Installée sur les épaules de son père, les bouchons anti-bruit vissés dans les oreilles, la gamine est fan. 

"On vient surtout pour faire profiter les enfants"

Quand la musique s'arrête, la fillette se fait timide : "Je l'aime bien", résume-t-elle d'une petite voix. On interroge le papa, qui a reposé sa fille à terre après s'être surpris à onduler des hanches pendant le concert. "Je ne connaissais pas plus que ça à part de nom, mais quand on entend ça donne toujours la pêche sur un festival…", sourit-il. 

 

>>> Europe 1 est partenaire des Vieilles Charrues, à suivre tout le week-end à l'antenne et sur Instagram

Pourtant, l'énergie des concerts et de la communion avec les artistes, Rémi et sa femme reconnaissent volontiers avoir plutôt imaginé les vivre devant d'autres groupes : "Iggy Pop et Tears for Fears". "Mais bon, on vient surtout pour faire profiter les enfants..." 

"Plan A et plan B, équipe A et équipe B"

Quand lesdits enfants sont plus grands, certains doivent se résoudre à faire bande à part. Dans les champs de Carhaix, Valériane, son mari et leurs deux ados sont sur le point de se séparer pour la soirée. "On a tout prévu pour faire deux plans. Plan A et plan B, équipe A et équipe B", sourit la mère de famille, qui a fait la route depuis Nantes. "Je pense qu'il y a un peu plus de rap chez les plus jeunes de la famille."

Un festival à la carte, où chacun pioche ce qui lui plaît en fonction de sa génération ? Un peu simpliste, à en juger par la moyenne d'âge de la foule rassemblée devant la scène Glenmor pour accueillir Iggy Pop, la tête d'affiche de la soirée. "Ma maman m'en a parlé bien sûr, elle m'a dit que c'était bien, alors je vais voir ça", explique Liam... 13 ans. "A 72 ans, il est toujours là, et même nos enfants en profitent", confirme Yann, le père du jeune garçon. 

Et sur scène, le monstre sacré du rock met tout le monde d'accord avec sa ceinture à clous, ses cheveux longs et son traditionnel torse nu. Deux chansons à peine après le début du concert, à voir comme Liam hoche la tête en rythme, il semble qu'il ait déjà adopté les tubes de son père.