La saison 2 de la série "Hippocrate" sera diffusée "fin mars" sur Canal+

, modifié à
  • A
  • A
Le tournage de la saison 2 a été interrompu par le confinement (photo d'archives). 0:50
Le tournage de la saison 2 a été interrompu par le confinement (photo d'archives). © Capture d'écran Allociné
Partagez sur :
Invité de "Culture Médias", mercredi sur Europe 1, l'écrivain et scénariste Thomas Lilti a confié terminer le montage de la saison 2 de la série "Hippocrate", dont le tournage avait été interrompu par le premier confinement et qui sera diffusée "fin mars" sur Canal+.

Bonne nouvelle pour les fans d'Hippocrate. Plus de deux ans après la première, la série médicale de Canal+, avec notamment Louise Bourgoin, Alice Belaïdi et Karim Leklou, revient pour une deuxième saison. Le tournage avait été interrompu en raison du confinement, au mois de mars 2020. Mais les derniers épisodes sont désormais en montage, a indiqué le réalisateur Thomas Lilti, invité d'Europe 1, mercredi. La diffusion est prévue pour "fin mars" sur la chaîne cryptée. 

"J'ai réécrit un peu, mais pas pour coller à l'actualité"

Dans la saison 1, un médecin se retrouvait en quarantaine après avoir contracté une maladie tropicale… Un scénario qui s'est avéré résonner avec la crise du Covid-19. Mais si des scènes de la saison 2 ont été légèrement remaniées lorsque le tournage a repris, l'épidémie de coronavirus n'a pas, à proprement parler, été intégrée au scénario, selon Thomas Lilti. 

"J'ai réécrit un peu, mais pas pour coller à l'actualité", explique celui qui publie par ailleurs Le Serment (Ed. Grasset). Les mots "coronavirus" et "confinement" ne seront ainsi pas évoqués dans le deuxième volet de la série. Sans plus de précision, le réalisateur indique avoir trouvé "une façon de s'accrocher un peu à ce qu'on était en train de vivre, parce qu'il était impossible d'en faire totalement abstraction."

Et Thomas Lilti d'estimer qu'il faudra "du temps et du recul", pour "raconter cette crise sanitaire" en tant que telle, avec "un peu de sérénité". "Si ça intéresse des gens…"

Europe 1
Par Margaux Lannuzel