Louise Bourgoin : la série "Hippocrate" "a vraiment changé notre regard sur l'hôpital public"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Au micro de Nikos Aliagas, l'actrice Louise Bourgoin, qui tient l'un des rôles principaux de la série diffusée à partir de lundi soir sur Canal +, raconte ce que le tournage lui a apporté.
INTERVIEW

Après le film, la série. Hippocrate débarque lundi soir sur Canal + avec notamment Louise Bourgoin et Alice Belaïdi pour huit épisodes de 52 minutes. Comme le film, sorti en 2014 et qui a dépassé la barre du million d'entrées au box-office, la série est réalisée par Thomas Lilti, médecin de son état, à qui on doit également les films Médecin de campagne et Première année, toujours sur l'univers de la médecine.

"Plus d'empathie" pour son personnage. "Ce n'est pas la suite (du film Hippocrate, ndlr), c'est une autre idée de l'hôpital avec des personnages masculins et féminins en premiers rôles", a rappelé Louise Bourgoin, invitée de Nikos Aliagas lundi matin. L'actrice, qui joue là dans sa première série, a clairement apprécié l'exercice. "C'était passionnant. En général, quand on fait un long-métrage pour le cinéma, on lit son personnage sur cent pages. Là, pour une série, c'est 450 pages détaillées, donc on a fatalement plus d'empathie pour lui."

Entendu sur europe1 :
Il fallait vraiment connaître par coeur les termes techniques

"On a appris beaucoup". Comme pour ses films, Thomas Lilti a plongé ses acteurs dans le monde réel. "On avait mille choses à jouer, on a travaillé dans un vrai hôpital, avec des infirmiers et des aide-soignants qui travaillaient vraiment et qui nous ont fait part de leur expérience. On a appris beaucoup, ça a vraiment changé notre regard sur l'hôpital public", a souligné Louise Bourgoin, qui a listé à Nikos l'étendue de ses nouvelles compétences médicales. "Je sais faire une palpation, par exemple vérifier qu'il n'y a pas de phlébite, je sais prendre la température, faire semblant de faire une prise de sang, remplir des tubes d'hémoc" (hémoculture, la recherche d'agents infectieux, ndlr).

"Il s'agissait de ne surtout pas chercher ses mots, il fallait connaître vraiment par coeur les termes techniques, et comme c'est très abstrait… Mais je les connais encore, figurez-vous. Ça m'a marquée", a-t-elle conclu.

>> Découvrez la bande-annonce de la série Hippocrate :