Culture : "La version idéale, c'est qu'on ait une date certaine pour ouvrir totalement"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Marc Dumontet juge les mesures actuellement préconisée pour les théâtres "inapplicables". 2:11
Jean-Marc Dumontet juge les mesures actuellement préconisée pour les théâtres "inapplicables". © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le secteur de la culture est très durement touché par le confinement visant à endiguer l'épidémie de coronavirus. Alors qu'Emmanuel Macron devrait faire des annonces mercredi, les professionnels se demandent déjà dans quelle conditions les cinémas et théâtres pourraient rouvrir. Jean-Marc Dumontet, propriétaire de théâtres, était l'invité d'Europe 1, mardi.
INTERVIEW

Alors que le monde de la Culture est quasiment à l'arrêt depuis l'irruption du coronavirus, le rapport du professeur Bricaire préconise des mesures très strictes pour la réouverture des cinémas et théâtres : un siège occupé sur trois, 1,5 mètre de distance entre les personnes y compris pour les acteurs ou encore une suppression des entractes. Invité d'Europe 1 mardi, le producteur et propriétaire de théâtres Jean-Marc Dumontet a jugé ces mesures "inapplicables" en l'état : "Dans des 'salles à damiers', le spectacle vivant ça ne fonctionne pas", a-t-il affirmé.

Des salles remplies à moitié

Le problème qui s'impose aux salles de spectacles est, pour lui, avant tout d'ordre économique : "Comment voulez-vous qu'une entreprise fonctionne avec 25% de son chiffre d'affaires alors que ses charges sont les mêmes ?", interroge Jean-Marc Dumontet. Il décrit des théâtres qui auront du mal à compenser les coups de production des spectacles avec des salles remplies à moitié.

Considérant également la dimension artistique du problème, il ajoute : "L'esprit du théâtre, c'est un moment de partage, un moment de fête, une osmose entre un public et des comédiens." La magie d'une représentation serait selon lui amoindrie par la perte de sa dimension collective.

"La version idéale, c'est qu'on ait une date certaine pour ouvrir totalement", conclut-il, appelant les autorités à donner aux propriétaires de salles les garanties dont ils ont besoin.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet