Coronavirus : les tournées musicales à nouveau perturbées par le couvre-feu

, modifié à
  • A
  • A
Concert Pomme 1:20
La chanteuse Pomme a encore une vingtaine de concerts de prévus avant décembre. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Dans le monde de la musique, les tourneurs subissent eux aussi de plein fouet les conséquences de la pandémie de coronavirus. Depuis sept mois, ils font tout pour s’adapter aux nouvelles consignes sanitaires, mais l’annonce du couvre-feu est un nouveau coup dur.

Depuis le confinement, les tourneurs font des pieds et des mains pour maintenir des concerts, voire des tournées, contre vent et marées. Depuis sept mois, ils doivent s’adapter à chaque nouvelle situation, entre zone rouge, zone verte, concerts assis, jauges réduites. Mais l’annonce du couvre-feu est un nouveau coup dur.

"Psychologiquement, c’est dur"

La chanteuse Pomme a par exemple encore une vingtaine de concerts de prévus avant décembre, mais sept sont en zone couvre-feu, où la seule solution est de pouvoir jouer plus tôt. Alors, Thierry Langlois d’Uni T production, son tourneur, doit encore négocier avec les salles, en annuler ou reporter certaines si besoin. "En mars, on annulait les concerts du printemps, en mai les festivals, en septembre, on commençait à retravailler tous les concerts qui étaient calés pour les adapter aux nouvelles conditions sanitaires. Et puis là, les nouvelles contraintes nous ramènent de nouveau à se remettre au travail. Psychologiquement, c’est dur", confie-t-il au micro d’Europe 1.

"Il faut que les gens puissent se divertir, sinon ils vont craquer"

Difficile en effet de rester enjoué quand les consignes changent tout le temps, même pour les artistes. Mais pour la chanteuse Suzane, en tournée pendant encore 20 dates, ce n’est pas le moment de flancher : elle sera sur scène à 19 heures dans cinq villes ces prochaines semaines. "J’étais à Nancy il y a quelques jours. Je me suis dit 'y’a une belle salle, voilà, ça reprend…' et puis il y a eu les annonces et là, la lumière, je ne l’ai plus vu passer. Le but, c’était de savoir assez vite si on allait jouer un petit peu plus tôt. S’il faut faire ça, allons-y ! Il faut quand même que les gens puissent se divertir, parce que sinon ils vont craquer", développe-t-elle.

 

Nantes et Saint Lo accueilleront Benjamin Biolay la semaine prochaine. Ses concerts prévus à Paris, Lyon et Lille sont plus compromis. Louis Chedid, lui, maintient la fin de sa tournée : ses concerts sont tous dans des villes non concernées par le couvre-feu.

Europe 1
Par Angèle Chatelier édité par Léa Leostic