Les Bleus sur les Champs-Élysées : un "dispositif exceptionnel de sécurisation"

, modifié à
  • A
  • A
© Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
2.000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés pour sécuriser le défilé des Bleus sur les Champs-Élysées, au lendemain du sacre de l'équipe de France en finale de la Coupe du monde.

La descente des Bleus en bus à impériale sur les Champs-Élysées, après leur victoire à la Coupe du monde, donnera lieu lundi après-midi à un nouveau "dispositif exceptionnel de sécurisation", a assuré la préfecture de police. 

Circulation et stationnement interdits. 2.000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés pour la sécurisation de l'événement, ainsi que près de 400 personnels de secours. Les personnes souhaitant assister à cette célébration sont invitées à se rendre sur place dès 15 heures. Un large périmètre interdisant la circulation et le stationnement des véhicules a été mis en place, dès le début de la matinée, autour de l'Avenue des Champs-Elysées. Depuis midi, les accès à neuf stations de sept lignes de métro ont été fermés.

Une "haie marchante" de forces de l'ordre. Le bus des Bleus qui descendra la prestigieuse avenue depuis la place de l'Étoile jusqu'au rond-point des Champs-Élysées progressera dans un couloir protégé "sur la voie montante par un barrièrage appuyé sur 150 plots de béton". Tout au long de ces 1.300 mètres, des unités formeront une "haie marchante", a détaillé la préfecture de police. L'équipe de France, qui a été sacrée dimanche soir en battant la Croatie 4 à 2, imitera ses glorieux aînés qui, le 13 juillet 1998, avaient défilé au même endroit à bord d'un bus à impériale, acclamés par un demi-million de personnes.

Le bilan "mesuré" des violences de la veille. Dimanche, des centaines de milliers de personnes ont envahi l'avenue des Champs-Elysées et ses alentours dans une ambiance festive, pour célébrer la victoire des Bleus en finale du Mondial russe. Des incidents opposant des groupes de casseurs aux forces de l'ordre ont cependant terni la fête, se soldant notamment par le pillage du Drugstore Publicis. "Compte tenu de la foule présente, compte tenu des risques inhérents à ce type de situation et malgré des débordements inacceptables, on enregistre un bilan qui est finalement mesuré", a souligné le préfet Michel Delpuech, lors d'une conférence de presse.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP