"La liberté, malheureusement, est aussi la liberté de se cacher, de s'exhiber, de se soumettre ou de se vendre"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Morale de l'Info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Oana Raducu, une jeune femme de 18 ans, a vendu sa virginité aux enchères pour 2.3 millions d'euros.

Elle a 18 ans, elle est ravissante, elle s'appelle Oana Raducu, et (via une agence d'escort girls qui percevra 20% de ses gains) elle a vendu sa virginité aux enchères. Résultat : pour 2,3 millions d'euros, un homme d'affaires de Hong Kong pourra passer une nuit avec la jeune fille, laquelle déclare, par ailleurs, qu'un homme qui donne tant d'argent est forcément "quelqu'un de bien".

Oui, ce n'est pas le QI de la jeune fille que l'homme d'affaires a payé si cher. Reste que ce qui est étonnant ds cette histoire n'est pas tant la démarche de cette personne (qui se prostitue comme tant d'autres), que l'indignation qu'elle soulève.

Comment ça ? Vs ne trouvez pas choquant qu'une jeune fille déclare ainsi, publiquement, qu'elle donnera son corps au plus offrant ?

Je ne le souhaiterais pas pour mes enfants ! Néanmoins, n'en déplaise aux choqués, c'est légalement (puisqu'elle le fait en Allemagne, où c'est tout à fait légal) et c'est en toute liberté qu'Oana Raducu (dt il faut prononcer le nom avec l'accent roumain), inspirée par le film "Proposition indécente" (où Robert Redford offre un million d'euros pour passer la nuit avec Demi Moore) a décidé de vendre sa virginité !

En toute liberté, vous êtes sûr ? Elle-même dit qu'elle n'a pas le choix, qu'elle veut payer ses études à Oxford, et acheter une maison à ses parents.

Non, elle ne dit pas qu'elle n'a pas le choix. Elle dit qu'elle a des raisons pour le faire, ce qui est très différent. Oana n'est pas Fantine. Elle n'est pas contrainte de louer son corps pour nourrir son enfant. Elle fait juste le calcul qu'en sacrifiant une virginité (à laquelle, manifestement, elle ne tient pas + que ça) elle peut gagner de quoi réaliser son rêve et rendre toute sa famille heureuse. Rien ne l'oblige à le faire ! Oana est libre... Son acte n'est pas gratuit (c'est le moins qu'on puisse dire), mais il est libre ! On est toujours déterminé à agir comme on le fait. Mais il y a une différence entre avoir des raisons pour faire quelque chose (ce qui est le cas d'Oana, que nul ne force) et agir sous la contrainte (ce qui est le cas de bien des gens qu'on oblige à se prostituer).

En fait, ce que vous dites, c'est qu'on ne peut pas défendre la liberté tout en s'indignant que X ou Y en fasse l'usage qui nous déplaît ?

Ce ne serait pas cohérent ! On ne peut pas réduire la liberté à ce qu'il est souhaitable, à nos yeux, de dire ou de faire ! Prenons l'exemple du voile : quoiqu'on pense du fait de se couvrir la tête ou de cacher son corps (et même s'il n'est pas douteux que, comme pour la prostitution, certaines femmes sont contraintes de porter ces vêtements-là), nul n'est en mesure de contester la liberté de le faire, sous peine de nuire à la liberté elle-même.

Certains vous diront qu'on ne peut pas mettre sur le même plan la "décence" de porter le voile et l'indécence de se prostituer.

A quoi d'autres pourront répondre qu'il n'est pas moins indécent de cacher son corps que de le louer. La question n'est pas là. La liberté, malheureusement, est aussi la liberté de se cacher, de s'exhiber, de se soumettre ou de se vendre.

La morale de l'info ?

La liberté ne peut pas être amputée.


Donc, il faudrait légaliser la prostitution ?

A mon avis, oui.