Stadia : prix, jeux, connexion Internet… Ce qu'il faut savoir sur la plateforme de jeux vidéo de Google

, modifié à
  • A
  • A
Google Stadia 1:44
Une manette, un écran et une connexion Internet : c'est tout le matériel nécessaire pour profiter de Google Stadia. © Google
Partagez sur :
Google a lancé mardi, en France, Stadia, sa plateforme de jeu vidéo en streaming, totalement dématérialisée. Pour dix euros par mois, il est possible de jouer partout, tout le temps, à des jeux jusqu'ici réservés aux consoles et aux ordinateurs les plus puissants, avec quelques particularités à connaître.
F.A.Q

Si pour vous, jouer aux jeux vidéo rime avec console trop chère, fils qui s’emmêlent et téléchargements interminables, oubliez tout ça ! C’est une révolution qui s’amorce dans le jeu vidéo : Google a lancé mardi Stadia, sa plateforme dédiée aux "gamers", avec une petite particularité : ce n’est ni sur console, ni sur ordinateur. C’est du "cloud gaming", du jeu vidéo dématérialisé. Vous jouez directement sur les serveurs de Google. Une petite révolution qu’Europe 1 a pu tester.

Comment ça marche ?

Stadia, c'est une plateforme de jeux en streaming, totalement dématérialisée. Plus de console ni d'ordinateur surpuissant, tout passe par les serveurs de Google. Un peu comme quand vous regardez un film ou une série en streaming sur Netflix, Amazon Prime ou Apple TV+. En quelque sorte, la console, c'est le serveur de Google et vous y accédez à distance. C'est ce qu'on appelle le "cloud gaming". Stadia passe donc uniquement par Internet : une connexion en haut débit est donc le seul prérequis pour profiter du service de jeu vidéo de Google. 

Par ailleurs, il n'y a pas besoin de télécharger les jeux, vous y accédez directement pendant que vous y jouez. La promesse de Google est donc de pouvoir jouer partout, à n'importe quel moment. Mais également de passer d'un appareil à un autre sans délai : vous commencez une partie sur ordinateur et vous pouvez la reprendre en quelques secondes sur votre téléphone, à l'endroit où vous vous étiez arrêté.

Quel est le matériel requis ?

Pour jouer sur Stadia, il vous faut simplement un écran et une manette. Concernant l'écran, Stadia est disponible sur TV (via le boîtier Chromecast), ordinateur (via le navigateur Google Chrome) et sur les téléphones Google Pixel. Il est important de préciser que la qualité du matériel importe peu puisque les jeux tournent sur les serveurs de Google, et pas sur votre ordinateur ou téléphone. Un vieil ordinateur portable peut donc tout à fait suffire. En revanche, mieux vaut avoir un bon écran pour profiter au maximum de la qualité d'image des jeux. En 2020, Stadia sera aussi disponible sur tous les autres modèles de téléphone, et pas uniquement les Pixel, via une application.

Une manette, un boîtier Chromecast ou un téléphone : voilà tout le matériel requis pour jouer sur Stadia.

Pour la manette, il n'y a pour l'instant pas d'alternative au contrôleur Stadia. Il fonctionne en wi-fi pour une connexion optimale. Dans les mois qui viennent, Stadia sera compatible avec les manettes de Playstation 4 et Xbox One, qui fonctionnent, elles, en bluetooth.

Ça coûte combien ?

Au lancement, Stadia n'est disponible que par un abonnement payant, à 9,99 euros par mois. Le mieux, si vous êtes tenté, est de prendre le "Pack Première Édition", à 129 euros. Il inclut trois mois d'abonnements à Stadia, ainsi qu'un boîtier Chromecast, permettant de jouer sur sa télé, ainsi qu'une manette Stadia. Le pack n'est pas obligatoire, il est tout à fait possible de s'abonner à Stadia sans l'acheter, par exemple si vous avez déjà un Chromecast. En revanche, il vous faut impérativement le contrôleur Stadia, seule manette compatible pour le moment. Il est disponible à l'achat séparément à 69 euros.

Courant 2020, une deuxième formule d'abonnement, gratuite, sera proposée. La différence avec la formule Pro : en gratuit, la qualité d'image et du son n'est pas aussi élevée. Par ailleurs, l'abonnement payant inclut un jeu gratuit au lancement (Destiny 2) et d'autres suivront. Si Stadia a parfois été présenté comme le "Netflix du jeu vidéo", la comparaison est erronée. En effet, s'abonner ne permet pas de jouer aux jeux (sauf ceux offerts). Il faut acheter les jeux qui vous intéressent, en plus de l'abonnement, au prix classique d'un jeu dématérialisé. L'abonnement à Stadia n'est donc en réalité qu'un accès à la technologie du "cloud gaming". D'où l'intérêt de la formule gratuite pour ceux qui voudraient juste essayer le service.

Faut-il une bonne connexion Internet ?

De même qu'il faut une bonne connexion pour regarder Netflix, mieux vaut avoir du haut débit pour jouer sur Stadia. Idéalement, il faudrait être équipé de la fibre pour bénéficier d'une qualité d'image en 4K et Ultra HD et se prémunir de la latence (des mini arrêts du jeu ou des décalages d'image). Mais, il est tout à fait possible de jouer avec une connexion en ADSL puisque le minimum requis est de 10 mégabits/seconde. Simplement, la qualité d'image est réduite.

capture-decran-2019-06-06-a-18-58-16

Petit bémol : au lancement, il n'est pas possible de jouer su mobile en 4G, uniquement en wi-fi. Ce qui limite le côté "jouer partout, tout le temps" qui fait partie de la promesse de Stadia. Cette fonctionnalité sera intégrée en 2020.

Quels sont les jeux disponibles ?

C'est un peu le point faible du lancement de Stadia. La preuve : Google a ajouté en urgence dix jeux à la liste initiale des douze titres annoncés. Soit une vingtaine de titres plus ou moins intéressants, et une seule exclusivité : Gylt, un jeu d'aventure qui tourne autour des rêves et des cauchemars. Le reste du catalogue est composé de jeux déjà sortis, parfois depuis plusieurs années, à l'image de la dernière trilogie Tomb Raider (2013-2018), Assassin's Creed : Odyssey (2018) ou encore Final Fantasy XV (2016).

Quelques jeux sortis en 2019 ont finalement été ajoutés : NBA 2K20, Football Manager 2020, Just Dance 2020, Mortal Kombat 11… Notons un joli coup réalisé par Stadia : Red Dead Redemption 2, le fantastique western de Rockstar, sorti fin 2018 sur consoles, et en novembre seulement sur PC, est présent dans la liste. À la vue de ce catalogue, le profil de la cible de Stadia est clair : les joueurs occasionnels, n'ayant pas de console chez eux et qui auraient envie de rattraper tous ces jeux. Au fil des mois, de nouveaux jeux seront ajoutés sur Stadia, notamment les sorties sur les autres plateformes.

Notre avis :

Technologiquement, Stadia est un pas en avant conséquent vers le jeu vidéo totalement dématérialisé. Extrêmement simple à utiliser, la plateforme est séduisante, à condition de n'avoir pas déjà joué aux jeux du catalogue de lancement, déjà daté. Une fois en jeu, nous n'avons perçu aucune latence. La transition d'un appareil à un autre nous a également paru très fluide. Et le fait de pouvoir jouer immédiatement à un nouveau jeu sans avoir à patienter pendant le téléchargement est très appréciable (étape qui peut parfois prendre des heures sur console). Bref, peu de différence avec l'expérience de jeu sur console.

Une précision toutefois : nous avons testé Stadia pendant un peu plus d'une heure, afin de nous faire une idée de son fonctionnement. Il faudra donc confirmer ce que nous avons entrevu, après des tests dans diverses conditions (connexion moins bonne, temps de jeu long…). De même, nous vous conseillons d'attendre un peu avant de vous abonner, ne serait-ce que parce que de nombreuses fonctionnalités sont absentes de la version de Stadia au lancement. Google a de bonnes intentions mais la pérennité du service dépendra en réalité de la coopération des éditeurs de jeux.