Facebook, englué dans les scandales, déçoit au 2ème trimestre

  • A
  • A
Facebook connaît des polémiques à répétition depuis plus d'un an et tente de redorer son image par tous les moyens.
Facebook connaît des polémiques à répétition depuis plus d'un an et tente de redorer son image par tous les moyens. © Mladen ANTONOV / AFP
Partagez sur :

Nombre total d'utilisateurs, utilisateurs quotidiens actifs, chiffe d'affaires… Facebook n'a pas su contenter les attentes placées dans le groupe au deuxième trimestre.

Le réseau social Facebook, embourbé dans les polémiques, a déçu les attentes mercredi concernant son nombre d'utilisateurs mensuels et son chiffre d'affaires, faisant baisser le titre en Bourse de plus de 8%, malgré un bénéfice net meilleur que prévu.

La controverse liée à Cambridge Analytica a joué. Facebook n'avait au 30 juin que 2,23 milliards d'utilisateurs mensuels actifs (+11%), moins que les 2,25 milliard anticipé par les marchés, qui scrutaient tout signe de faiblesse du titan. Le groupe est en effet englué dans les controverses, en particulier sur la gestion des données personnelles depuis le scandale Cambridge Analytica, des polémiques mauvaises pour son image et susceptibles de refroidir le public et les annonceurs. Déception aussi concernant le nombre d'utilisateurs quotidiens actifs, qui étaient 1,47 milliard fin juin quand les marchés en attendaient 1,49 milliard.

Augmentation des dépenses. Facebook a aussi déçu les marchés sur son chiffre d'affaires, qui atteint 13,23 milliards (+42%), moins que les 13,36 milliards espérés par les analystes. Facebook a pourtant vu son bénéfice net bondir de 31% à 5,1 milliards de dollars. "Nous sommes déterminés à investir pour que le public soit en sécurité", a commenté le PDG du groupe Mark Zuckerberg, cité dans le communiqué. De fait, les dépenses du groupe, en partie dues au besoin de mieux contrôler ce qui circule sur le réseau, ont bondi de 50%, à 7,37 milliards de dollars.