Opération Sport Féminin Toujours : "On a besoin de cette vitrine", estime Roxana Maracineanu

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Samedi, sur Europe 1, la ministre des Sports s'est félicité de la reconduite de l'opération Sport Féminin Toujours, qui met à l'honneur le sport féminin dans les médias pendant un week-end.

INTERVIEW

Aujourd'hui, alors que le sport est pratiqué par quasiment autant de femmes que d'hommes en France, la présence du sport féminin à la télévision est réduite à peau de chagrin : seulement 18% du sport diffusé sur le petit écran. C'est pour combler cet écart que le CSA, en partenariat avec de nombreux médias, a lancé l'opération Sport Féminin Toujours. Le principe est simple : le temps d'un week-end, le sport féminin et les commentatrices de sport sont mis à l'honneur. "On a besoin de cette vitrine pour que les femmes puissent parler de sport, montrer du sport", a expliqué la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, samedi sur Europe 1.

"Que les petites filles puissent s'identifier". "On a envie que toutes les petites filles puissent s'identifier", a-t-elle poursuivi. Selon elle, l'argument assez classique consistant à dire que le sport féminin présente moins d'intérêt n'est pas pertinent. "Nos équipes sont performantes", a rappelé la ministre, citant notamment les footballeuses de l'Équipe de France, en grande forme alors que l'Hexagone s'apprête à accueillir, en juillet prochain, la Coupe du monde féminine de football. "Ce sera retransmis en clair sur les chaînes publiques."

Pierre Menès "à côté de la plaque". Cette opération Sport Féminin Toujours doit aussi permettre aux télévisions "de s'adresser à d'autres publics", notamment les femmes. "Je suis aussi pour la diffusion de sports typiquement féminins : la gymnastique, le patinage...", a détaillé Roxana Maracineanu. Pour elle, les critiques à l'encontre du sport féminin émanent toujours d'hommes. "C'est important d'avoir un autre point de vue sur le sport, d'entendre les femmes parler de sport", a-t-elle martelé. Et Pierre Menès, spécialiste des sorties sexistes, qui expliquait en 2013 que "le foot c'est quand même un sport de mecs" et que les sportives sont "des grosses dondons trop moches pour aller en boîte le samedi soir" ? "Il est à côté de la plaque", a tranché la ministre.