Ligue 1 : le PSG fait-il un si beau champion de France ?

, modifié à
  • A
  • A
Kylian Mbappé est largement en tête du classement des buteurs de Ligue 1.
Kylian Mbappé est largement en tête du classement des buteurs de Ligue 1. © AFP
Partagez sur :
Les Parisiens ont décroché leur huitième titre de champion, dimanche, à cinq journées du terme. Un sacre acquis sans difficulté, mais terni par une fin de saison un brin chaotique. 
ANALYSE

Le PSG va pouvoir enfin célébrer son sacre. Après trois matches sans victoires (nul à Strasbourg et défaites contre Lille et Nantes), le club parisien a décroché le huitième titre de champion de France de son histoire, sans même à avoir à disputer son match contre Monaco, dimanche soir. Lille, qui était dans l'obligation de gagner pour repousser l'échéance, a en effet été tenu en échec sur la pelouse de Toulouse, dans l'après-midi. Preuve d’une saison de Ligue 1 dominée de bout en bout, ce nouveau sacre de l’ère qatarienne, le sixième en huit saisons, a été acquis dès la mi-avril, alors que les Parisiens ont encore six rencontres à disputer. Mais le PSG, nettement supérieur à la concurrence, fait-il un beau champion de France pour autant ?

Oui, les Parisiens ont fait le spectacle…

Rarement un champion de France aura autant écrasé la concurrence. Le PSG a été sacré dès la 33ème journée, avec seulement trois défaites (Lyon, Lille et Nantes) et trois petits matches nuls (dont deux contre Strasbourg). Les Parisiens peuvent désormais battre leur propre record de points (96), établi lors de la saison 2015-2016. Mais plus que les statistiques, ils ont, par moments, enchanté les amateurs de beau jeu. L’entraîneur allemand Thomas Tuchel a imposé sa griffe, avec un pressing et une récupération haute et des projections rapides vers l’avant, rompant avec le style un peu moins flamboyant de ses prédécesseurs Laurent Blanc et Unai Emery.

Les Parisiens ont également infligé des raclées mémorables au Parc des Princes, deux 5-0 successifs contre Lyon et Amiens en octobre et surtout un incroyable 9-0 contre Guingamp, mi-janvier. Même les longues blessures de Neymar et d’Edinson Cavani n’ont pas entravé l’implacable marche en avant des partenaires de Kylian Mbappé, actuel meilleur buteur de Ligue 1.

… mais la concurrence n’était pas au niveau

Le PSG n’y est pour rien, mais la saison de Ligue 1 a été bien fade, sans le moindre suspense pour le titre. Lille, surprenant et séduisant deuxième, a certes apporté un vent de fraîcheur avec sa jeune garde talentueuse, capable d'écraser les Parisiens dimanche dernier (5-1). Mais les "grands" clubs du championnat, censés concurrencer le club de la capitale, n'ont jamais tenu leur rang. L’AS Monaco, son plus sérieux rival ces dernières années (champion en 2016-2017), a vécu une saison cataclysmique, marquée par les licenciements de Leonardo Jardim et de Thierry Henry puis le retour du même Leonardo Jardim sur le banc.

Les deux Olympiques, Lyon et Marseille, ont eux aussi piqué leur crise. L’OL, actuellement troisième, s’est montré bien trop inconstant et a dû affronter la fronde de ses supporters contre son coach Bruno Genesio, qui a annoncé son départ à la fin de la saison. L’OM, qui visait le podium au minimum, a également déçu et pourrait se séparer de son entraîneur Rudi Garcia, vivement critiqué par les fans marseillais. Cette saison, encore plus que les précédentes, le PSG habite sur une autre planète.

Une fin de saison qui fait tâche

Oui, un titre de champion de France est toujours un événement. Mais la fin de saison du PSG ternit clairement son sacre. L’élimination en huitièmes de finale contre un Manchester United très affaibli (2-0, 1-3) a laissé des traces, particulièrement chez les supporters. Depuis cette nouvelle "remontada", les ultras du CUP (collectif ultras Paris) ont multiplié les banderoles hostiles et ont même observé une grève des encouragements lors du "classique" contre l’OM, mi-mars (3-1).

Ces dernières semaines, Thomas Tuchel a également été confronté à une cascade de blessures (Neymar, Cavani, Di Maria, Marquinhos...), l'obligeant à "bricoler" son 11 de départ. Sans de nombreux cadres, le PSG a aligné trois matches sans victoires en Ligue 1, dont une défaite humiliante à Lille (5-1), son dauphin, puis à Nantes (3-2). Dans ce contexte, la finale de la Coupe de France contre Rennes, dimanche prochain, au Stade de France, revêt une importance capitale pour les Parisiens. Une défaite, dans une compétition dont ils sont quadruples tenants du titre, passerait très, très mal auprès des dirigeants, comme des supporters.