Le fisc espagnol enquête sur Neymar

  • A
  • A
Le fisc espagnol enquête sur le transfert retentissant du joueur vers le PSG, en 2017.
Le fisc espagnol enquête sur le transfert retentissant du joueur vers le PSG, en 2017. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
Selon "El Mundo", le fisc espagnol cherche à savoir si Neymar a payé en Espagne les impôts correspondant à sa prime de prolongation au Barça et aux revenus liés à son transfert au PSG en 2017. 

Le fisc espagnol enquête sur la prime de prolongation de Neymar au FC Barcelone et son retentissant transfert au Paris SG en 2017, affirme lundi le quotidien El Mundo. Contacté par l'AFP, le Trésor public s'est refusé à tout commentaire.

Résident fiscal en Espagne. Selon El Mundo, le fisc espagnol cherche à savoir si Neymar a payé en Espagne les impôts correspondant à sa prime de prolongation au Barça et aux revenus liés à son transfert au PSG. Résident fiscal en Espagne en 2017, l'année de son départ au PSG pour une indemnité de transfert record de 222 millions d'euros, Neymar avait pour obligation d'y déclarer ses revenus, aussi bien ceux touchés en Espagne que ceux touchés en France.

Le versement à Neymar d'une prime de prolongation par le Barça est déjà au centre d'une bataille judiciaire entre le Brésilien et le club catalan. Une audience est prévue le 21 mars devant les prud'hommes de Barcelone. Selon El Mundo, le fisc a demandé à ce tribunal toutes les informations correspondant à ces transactions. Le tribunal s'est refusé à tout commentaire.

Plusieurs contentieux en cours. Le Barça et Neymar avaient négocié des primes au moment de la signature d'un nouveau bail du Brésilien à Barcelone à l'été 2016. Mais après le départ fracassant de "Ney" au PSG en août 2017, le club catalan s'était refusé à lui verser 26 millions d'euros de primes promis en 2016. Il avait en outre déposé plainte contre le joueur pour non-respect de contrat, lui réclamant la restitution de la prime déjà versée ainsi que 8,5 millions d'euros de dommages. Neymar a lui déposé une requête contre son ex-club auprès de la Chambre de résolution des litiges de la Fifa, pour réclamer le paiement de cette prime.

De nombreuses personnalités du ballon rond ont eu des ennuis avec le fisc espagnol ces dernières années. En janvier, Cristiano Ronaldo a été condamné à une peine de deux ans de prison, qu'il n'aura pas à purger. Selon une source judiciaire, entre sanctions et remboursement du montant de l'évasion fiscale, l'affaire a coûté 18,8 millions à l'ancienne star du Real Madrid, aujourd'hui à la Juventus.