Football-Argentine : blessé par les critiques, Di Maria a consulté un psychologue

  • A
  • A
Di Maria a souffert des critiques survenues après la difficile qualification de l'Argentine au Mondial-2018. Image d'illustration.
Di Maria a souffert des critiques survenues après la difficile qualification de l'Argentine au Mondial-2018. Image d'illustration. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Le joueur parisien a souffert des critiques visant la sélection argentine après sa qualification de justesse pour le Mondial-2018. 

Le footballeur argentin du Paris SG Angel Di Maria a confié vendredi qu'il avait consulté un psychologue pour l'aider à surmonter les critiques émises dans son pays en raison des mauvais résultats de la sélection nationale.

"Cela fait mal". "C'est difficile (...) Cela fait mal, c'est très blessant et ça te fait cogiter", a déclaré Di Maria à la chaîne de télévision argentine TyC Sports. L'Argentine s'est qualifiée in extremis pour le Mondial-2018 en Russie et pendant la mauvaise passe de l'Albiceleste, les cadres de la sélections ont été pris pour cible, notamment sur les réseaux sociaux et dans les émissions télévisées consacrées au football.

"Pouvoir me lâcher". "Si nous avons pensé un moment à renoncer à la sélection, c'est pour ça", dit-il. "Cela fait mal, on voit sa famille souffrir", a-t-il ajouté. D'après le joueur du Paris SG, ses compatriotes Gonzalo Higuain et Fernando Gago ont également souffert des critiques des Argentins. "Le psychologue m'a beaucoup aidé, (il m'a permis de) pouvoir parler, pouvoir (m)e lâcher. Une des choses que j'ai apprises, c'est que pour les gens qui sont derrière un ordinateur, un téléphone, c'est facile de se moquer".

"Le meilleur de moi-même". Di Maria, 30 ans le 14 février, est actuellement l'homme en forme du Paris Saint-Germain et participera probablement à la Coupe du monde en juin avec l'Argentine. "Chaque fois que je porte le maillot de la sélection, j'essaie de donner le meilleur de moi-même. (...) Nous avons disputé trois finales, par malchance nous ne les avons pas gagnées", a-t-il regretté, en faisant référence à la finale du Mondial-2014 contre l'Allemagne et aux finales de la Copa América 2015 et 2016, les deux fois contre le Chili.