Foot - "Gilets jaunes" : de nouveaux reports de matches pas exclus

  • A
  • A
Plusieurs rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2 ont été reportées en raison des "gilets jaunes".
Plusieurs rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2 ont été reportées en raison des "gilets jaunes". © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :
Le secrétaire d'État Laurent Nunez a déclaré que le gouvernement "ne peut pas assurer que le calendrier" des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 sera maintenu, en raison des "gilets jaunes". 

Le gouvernement "essaye de limiter au maximum" les reports de matches de Ligue 1, mais il "ne peut pas assurer que le calendrier sera maintenu" dans les jours à venir, a indiqué mardi Laurent Nunez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur. "Il a eu un impact sur le déroulement du championnat professionnel de Ligue 1 et de Ligue 2", les forces de l'ordre étant "moins disponibles pour assurer la sécurité des matches" en raison du mouvement des "gilets jaunes", a dit Laurent Nunez, interrogé par des journalistes en marge d'un séminaire sur le hooliganisme à Clairefontaine.

Si le gouvernement "veille à concilier les deux événements", a-t-il poursuivi, "on essaye de limiter au maximum ces reports mais on ne peut pas s'engager dans la durée". "On ne peut pas assurer que le calendrier sera maintenu, c'est vraiment au cas par cas".

La LFP demande "d'informer plus en amont les clubs et les supporters". La présidente de la Ligue de foobtall professionnel (LFP), Nathalie Boy de la Tour, a réclamé aux autorités une meilleure anticipation, comme elle l'a expliqué à l'AFP. "J'ai évoqué le sujet lors de l'ouverture de ce séminaire, parce que le football a été le sport le plus impacté" avec "29 reports de matches, dont 26 en Ligue 1", a-t-elle rappelé.

La Ligue "comprend tout à fait que les forces de l'ordre soient mobilisées sur d'autres manifestations, mais c'est bien de pouvoir anticiper les risques afin d'éviter certains reports", Nathalie Boy de la Tour. Il faut "pouvoir informer plus en amont les clubs et les supporters qui ont pris leurs places pour un match et qui, légitimement, ne sont pas contents quand celui-ci est reporté", a-t-elle conclu.

Ligue 1 : les violences, premier motif d'interpellation devant les fumigènes. Les actes de violences autour des rencontres de Ligue 1 sont devenus le premier motif d'interpellation durant la première partie de saison, devant l'usage de fumigènes, a indiqué mardi la Division nationale de la lutte contre le hooliganisme (DNLH).

L'usage de moyens pyrotechniques a reculé comme deuxième motif d'interpellation (24,3%) par rapport à la saison dernière, dépassé par les cas de violences qui représentent 29,3% des interpellations en Ligue 1. Ligue 1 et Ligue 2 confondues, le nombre d'interpellations a augmenté de 16% (295 personnes) sur la première moitié de saison 2018/2019, a expliqué le chef de la DNLH, Antoine Mordacq, lors du séminaire annuel de l'instance à Clairefontaine. Les derbies Montpellier-Nîmes (L1) et Valenciennes-Lens (L2) ont ainsi donné lieu à de nombreux incidents, selon lui.