Euro : trois raisons de suivre le match Hongrie-Portugal

, modifié à
  • A
  • A
szalai ronaldo euro
Adam Szalai (Hongrie) et Cristiano Ronaldo (Portugal) s'affrontent dans le groupe F de l'Euro. © Photos AFP
Partagez sur :
Avant le premier choc tant attendu entre la France et l'Allemagne mardi soir, la Hongrie reçoit le Portugal à Budapest en apéritif du groupe F à 18 heures. Un match également à suivre de près pour comprendre les clés des prochains matches des Bleus. Et voir si le Portugal de Cristiano Ronaldo affirmera son statut de tenant du titre.

Cinq ans après l'Euro 2016, le Portugal dispute un championnat d'Europe en tant que tenant du titre. Une première pour la sélection portugaise qui a décroché en France son seul titre sur la scène internationale. Les partenaires de Cristiano Ronaldo, multiple Ballon d'Or, arrivent avec des ambitions, mais aussi des doutes. La Seleção das quinas a déçu lors des éliminatoires de l'Euro 2020, ne terminant qu'à la deuxième place du groupe B derrière l'Ukraine. Un résultat qui explique sa présence dans un groupe très relevé, aux côtés de la France, de l'Allemagne et de la Hongrie.

Pour se qualifier pour leur quatrième championnat d'Europe, les Magyars ont dû passer par les barrages en éliminant la Bulgarie et l'Islande sur leur passage. Nul doute qu'ils auront l'objectif d'avancer dans cette compétition, où ils joueront à domicile mardi contre le Portugal (18 heures) et samedi contre la France (15 heures). Voici trois raisons de regarder la première rencontre du groupe F.

Bien connaître les prochains adversaires des Bleus

Hongrie et Portugal, ce sont les deux prochains adversaires de l'équipe de France dans le groupe F qualifié de "groupe de la mort". Une bonne occasion donc de saisir les atouts et les défauts de ces deux équipes. Par ordre chronologique, la France se présentera d'abord à Budapest pour défier la Hongrie, samedi. Une sélection composée essentiellement de joueurs issus de la Bundesliga et du championnat national hongrois qui jouera regroupée en défense, et cherchera les contres.

Puis, le Portugal, champion d'Europe en titre, dont le sélectionneur Fernando Santos a intégré une nouvelle génération de joueurs offensifs (Bruno Fernandes, Bernardo Silva, Joao Felix...) pour épauler l'immuable capitaine Cristiano Ronaldo (36 ans). Ce premier match devrait donner des indications au staff de Didier Deschamps pour saisir l'état de forme de ces deux nations.

Quel visage du Portugal dans cet Euro ?

L'une de ces deux équipes sera particulièrement scrutée à l'Euro : le Portugal, qui s'avance en tant que tenant du titre. Il reste à savoir dans quel état de forme les partenaires de Cristiano Ronaldo disputeront cette phase de groupes. A l'Euro 2016, la Seleção das quinas avait en effet mal débuté son aventure européenne, concédant trois matches nuls, dont le spectaculaire 3-3 contre... la Hongrie. C'est son statut de meilleur troisième qui lui avait permis de se qualifier, puis d'aller au bout.

Les Portugais arrivent à cet Euro rassurés après de bons matches de préparation début juin (0-0 contre l'Espagne et 4-0 contre Israël). Souvent présente dans les derniers carrés d'un Euro, la sélection de Fernando Santos va chercher à réitérer sa performance de 2016. Reste à savoir comment elle va entamer son championnat dans un groupe très relevé, où la moindre erreur peut être fatale.

 

L'ambiance à Budapest, dans un stade rempli à 100%

C'est un paramètre supplémentaire que la France et le Portugal vont devoir surmonter contre la Hongrie : les Magyars vont évoluer à domicile contre ces deux nations dans sa Puskas Arena de Budapest, où la jauge de spectateurs est promise à 100% de la capacité totale de l'enceinte, soit 67.000 spectateurs ! Il s'agit du seul stade de l'Euro 2020 qui sera rempli à son maximum.

Il faut donc s'attendre à une forte pression du public mardi face au Portugal, et samedi face à la France. Des milliers de spectateurs qui supporteront leur sélection hongroise bien décidée à créer la surprise chez elle. Ce Hongrie-Portugal sera un avant-goût de ce qui attend les Bleus samedi à Budapest.

Europe 1
Par Gauthier Delomez