EDITO - "PSG-OM, c’était le concours du foot le plus bête du monde, c’est ça ?"

, modifié à
  • A
  • A
2:23
© FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
L’OM a battu le PSG, dimanche soir, au Parc des Princes (0-1). La première victoire des Marseillais face aux Parisiens depuis 10 ans. Pour notre éditorialiste Virginie Phulpin, on a beaucoup rajeuni hier soir, mais surtout pour le pire.

Sensation au Parc des Princes : les Marseillais, qui n'avaient pas battu les Parisiens depuis novembre 2011 et le début de l'ère qatarie, ont dominé le PSG 1-0, dimanche soir, en clôture de la 3e journée de Ligue 1. Dans un Parc des princes presque vide, le match a été âprement disputé et particulièrement haché. Cinq joueurs ont été exclus : Neymar, Layvin Kurzawa et Leandro Paredes du côté des Parisiens, Jordan Amavi et Dario Benedetto pour les Marseillais. Et cela n'a pas vraiment plus à notre éditorialiste Virginie Phulpin, a qui cela rappelé de vieux souvenirs des années 90...

"Si ça ressemble à ça, rajeunir, je vais plutôt garder ma crème anti-rides, moi. Parce que là en fait de jeunesse, on a surtout vu de l’immaturité et de l’irresponsabilité… Une cour de récré. Les Marseillais sont venus avec un plan. Pas vraiment un plan de jeu. Leur but, c’était de faire sortir les Parisiens de leurs gonds, avec Neymar en cible privilégiée. Et ça a bien marché, le Brésilien est tombé dans le panneau comme un bleu. Dès qu’il y a de la tension en fait, c’est le premier à dégoupiller. Il n’avait sans doute pas les jambes pour briller, après son arrêt forcé pour Covid, donc il a plutôt utilisé sa bouche pour répondre aux provocations. Enfin de de temps en temps, il a aussi laissé traîner ses crampons ou essayé de jouer les sauveurs tout seul, en oubliant les copains. Alors si jamais il a vraiment disjoncté après des insultes racistes d’Alvaro, on n’a pas encore de confirmation, là on sera tombé bien bas. Avec une journée où on aura eu homophobie et sexisme sur des banderoles parisiennes, et racisme sur le terrain. On fait un concours du foot le plus bête du monde, c’est ça ? Ça a changé, les jeux de cour de récré… En plus, normalement il y a toujours un prof pour venir calmer les esprits, mais là l’arbitre était complètement dépassé. Oh ça, il a distribué des cartons à la pelle… Souvent mérités, parfois pas, un pénalty aurait pu être sifflé pour le PSG, mais non, et un but aurait dû être accordé à l’OM, mais non. Autant dire que ça n’est pas comme ça qu’il pouvait se faire respecter… On n’a pas vraiment vu de foot hier soir, mais une sale bataille.  

En rajeunissant de 10 ans, on a quand même replongé dans une vraie opposition entre le PSG et l’OM, non ? 

Ca pourrait être une bonne nouvelle. Ca fait 10 ans qu’on connaît le résultat du Classique avant même qu’il ne soit joué. Là, au moins, on retrouve du suspense. J’essaie de me convaincre, mais je n’y arrive pas. Pour l’OM, en gros, c’était l’année où jamais. Avec en face un PSG diminué, meurtri après ses cas de Covid, il valait mieux en profiter. Les Marseillais ont réussi à le faire, tant mieux pour eux. Mais le problème, c’est que si l’OM a gagné, ça n’est pas parce qu’il a été bon, c’est parce que le PSG a fait n’importe quoi. Que les Parisiens n’arrivent pas à jouer leur football en ce moment, soit. Qu’ils jouent aux chiffonniers de bas étage sur le terrain 3 semaines après leur finale de Ligue des Champions, c’est triste. Alors si, pour retrouver une opposition digne de ce nom, on est obligé de voir le PSG redevenir un petit club de Ligue 1 aux idées courtes, je ne suis pas sûre de vouloir rajeunir, non. C’est ça, le spectacle qu’on veut offrir aux plus jeunes, ceux qui ont une vraie cour de récré ?"

Europe 1
Par Virginie Phulpin