Vincent Lambert : le drame du point de vue de sa mère

  • A
  • A
Viviane Lambert, la mère de Vincent, est opposée à l'arrêt des soins.
Viviane Lambert, la mère de Vincent, est opposée à l'arrêt des soins. © AFP
Partagez sur :
Christophe Hondelatte raconte l'histoire de Vincent Lambert, à travers le témoignage de sa mère, livré dans l'ouvrage "Pour la vie de mon fils".

Vincent Lambert est en état végétatif depuis onze ans. À ses côtés, deux clans s'opposent. Sa femme - qui se prononce depuis longtemps pour l'arrêt des soins - et les parents de Vincent Lambert - depuis toujours opposés à cette décision. Alors que les traitements, interrompus lundi, ont repris mardi matin après une décision de la cour d'appel, Christophe Hondelatte propose un double récit exceptionnel dans Hondelatte Raconte. Après le parcours de Vincent Lambert vue par sa femme, il propose le même parcours, mais cette fois du point de vue de sa mère. Deux femmes, deux regards, deux combats différents.

Le temps de la complicité

Il est 18 heures, le 29 septembre 2008, lorsque le téléphone de Viviane Lambert sonne. Elle est sur la route, avec Pierre, son mari et père de Vincent Lambert. À l'autre bout du téléphone, leur fille Marie leur annonce une terrible nouvelle : Vincent a eu un grave accident de voiture. Il est entre la vie et la mort. Ses parents se rendent à son chevet. Vincent est dans le coma, en réanimation, relié à des machines par des fils. À cette époque, il existe encore une grande complicité avec Rachel, la femme de Vincent, qui les accueille pendant un mois chez elle pour faciliter les visites auprès de Vincent.

Une dizaine de jours après l'accident, Vincent Lambert sort de son coma artificiel petit à petit. Il quitte la réanimation pour la neurologie. Viviane Lambert a la certitude que Vincent l'entend, la voit lors de ses visites. Et maintenant que Vincent est sorti du coma, il faut le stimuler. Viviane et Rachel se relaient dans ce travail quotidien pour améliorer l'état de Vincent. En 2009, il est transféré à Berck-sur-Mer pour un séjour de rééducation stimulatrice de trois mois. Vincent Lambert fait des progrès selon sa mère, mais pas de manière assez rapide pour l'établissement, qu'il doit le quitter.

La division

Vincent Lambert est finalement ramené au CHU de Reims. C'est là que la scission avec Rachel va avoir lieu. Les médecins s'entretiennent avec la femme de Vincent Lambert, lui demande si, en cas de grave complication, il faut le réanimer. "Non, on ne le réanime pas", indique-t-elle. Il s'agit de la phrase la plus dure de toute sa vie, selon Rachel Lambert. Les parents de Vincent n'apprendront cette décision que plus tard. Un manquement grave à leurs yeux. Dès lors, doutes et craintes s'installent dans les relations entre les deux parties.

La défiance va encore s'accentuer en 2011, lors d'une expertise du COMA Science Group de Liège. Alors que l'euthanasie est évoquée par le médecin lors d'un entretien avec Rachel et les parents de Vincent Lambert, sa femme prend la parole pour expliquer qu'il souhaitait que dans un tel cas de figure, on ne s'acharne pas. Un nouveau camouflet pour les parents, à qui Rachel n'a jamais indiqué une telle information auparavant selon eux. Un coup dur à encaisser, alors qu'ils estiment que Vincent vit et évolue. 

Trois ans après l'accident de voiture, Vincent est placé en unité de soins palliatifs, sans aucun programme de soins ou de stimulation. Peu à peu, les séances d’orthophonie et de kinésithérapie vont également s'arrêter. Viviane Lambert ne comprend pas ces décisions qui entraînent son fils dans une pente régressive.

Feuilleton judiciaire

Le mois d'avril 2013 va complètement briser la famille. Viviane et Pierre Lambert estiment avoir appris "par hasard" l'organisation du processus de fin de vie et ce, alors même qu'il était entamé. Dès lors, Rachel Lambert et les parents de Vincent ne s'adresseront plus la parole. C'est à coup d'avocats et de décisions judiciaires que se réglera l'avenir de Vincent. Sa mère estime par ailleurs que le médecin en charge de son fils a détruit sa famille, retournant six frères et sœurs de Vincent contre eux. À l'exception d'un frère et d'une sœur, tous sont en effet avec Rachel pour l'arrêt des soins et de ce qu'ils considèrent comme un acharnement thérapeutique.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau