Vente d’alcool interdite le 31 décembre dès 16h : en Ille-et-Vilaine, l’arrêté qui fâche

, modifié à
  • A
  • A
1:33
© Pixabay
Partagez sur :
Le préfet d’Ille-et-Vilaine a pris le 22 décembre un arrêté interdisant toute vente d’alcool le 31 décembre à partir de 16 heures, et ce dans tout le département. Une décision qui suscite l’incompréhension et l’inquiétude chez les cavistes et les supermarchés. Exemple à Rennes.
REPORTAGE

Après une année très compliquée, c’est la petite goutte d’alcool qui fait déborder les cavistes rennais. Cette petite goutte, c’est un arrêté préfectoral pris le 22 décembre dernier en vue du réveillon de la Saint-Sylvestre. Pour "éviter tout débordement", le préfet d’Ille-et-Vilaine a en effet décidé de prendre un arrêté interdisant la vente d’alcool à emporter le 31 décembre à partir de 16 heures, dans l’ensemble du département. Une décision qui fâche les cavistes, mais aussi les dirigeants des supermarchés locaux.

"Pourquoi on fait un arrêté à 16 heures ? Si les gens veulent s’alcooliser, ile les feront dans tous les cas. C’est une incompréhension", déplore ainsi auprès d’Europe 1 Nicolas Beillard, de la cave L’Epicurien, à Rennes. L’homme est inquiet pour ses finances. "Le 31, c’est une grosse, grosse journée. A partir de 16 heures, c’est 30 % de notre chiffre, ce n’est pas rien. Il y a tout le temps des retardataires et c’est souvent des beaux achats. Ils sont pressés, du coup ça va chercher des belles bouteilles. Beaucoup de champagne."

"Je pense qu’on va juste tous acheter nos bouteilles le 30"

Les supermarchés d’Ille-et-Vilaine redoutent de leur côté de fortes tension ce jour-là. "Concrètement, on va retirer des achats en caisse, lorsque les gens se présenteront avec des bouteilles d’alcool", explique Rémy Langlois, patron d’un Super U. "Ce n’est pas à nos hôtesses de caisse de gérer les problèmes, elles ne sont pas payées pour ça. On va donc prendre un servie de sécurité externe."

Avec cette décision, le préfet d’Ille-et-Vilaine veut lui éviter tout débordement le 31. Mais ce n’est pas gagné. "Je ne suis pas sûre que ce soit très utile. Je pense qu’on va juste tous acheter nos bouteilles le 30. Heureusement que je le sais maintenant, du coup", sourit cette jeune Rennaise. "C’est quand même la fête de fin d’année, on a eu une année assez difficile, donc c’est sûr que tout le monde aura un peu envie d’oublier cette année en faisant la fête et en se disant ‘aujourd’hui, tout est permis’."

Europe 1
Par François Coulon, édité par Rémi Duchemin