Philippe Joubert revient sur les origines de ChouetteCopro, la plateforme qu'il a créé en 2016. 4:16
  • Copié
Clémence Olivier , modifié à
Invité jeudi dans la France Bouge, sur Europe 1, Philippe Joubert revient sur les raisons qui l'ont poussé à fonder ChouetteCopro, cette plateforme qui facilite les échanges entre copropriétaires et syndic. 

"Combien de fois j'ai été irrité, frustré parce que la lampe du palier était cassée, l'ascenseur en panne, le chauffage coupé… Mais on ne sait pas si le voisin a signalé le problème, on ne sait pas si le syndic a pris l'action en main et on ne sait pas où en est la résolution. Résultat, on est totalement désengagé de la vie de la copropriété et on ne se déplace même plus en assemblée générale". Jeudi, au micro de Raphaëlle Duchemin, dans la France Bouge, sur Europe 1, Philippe Joubert revient sur les origines de ChouetteCopro, la plateforme qu'il a créé en 2016 pour faciliter les relations entre copropriétaires, locataires et syndic. 

Valoriser et simplifier le travail du syndic

"L'idée est de valoriser le travail du syndic en simplifiant la communication avec les locataires et les copropriétaires et ainsi répondre plus facilement à leurs questions", précise Philippe Joubert.  Concrètement, la plateforme est un site pour les occupants de l'immeuble. Sur ce site, les copropriétaires comme les locataires peuvent signaler un problème qui concerne tous les occupants. "Par exemple, si je vois un dérangement dans les parties communes, je peux prendre une photo avec mon smartphone, je valide et cela envoie un message à l'ensemble des occupants. Tout le monde voit que je me suis donné la peine de signaler le problème", pointe le fondateur de ChouetteCopro. 

Cela évite aussi au conseil syndical et au syndic de recevoir plusieurs messages de la même nature ou des coups de téléphone qui concernent une même situation. "Par la suite, le syndic va pouvoir envoyer un bon d'intervention à un prestataire de service. Celui-ci pourra informer de sa venue et rendre compte de son intervention auprès de tout le monde grâce à la plateforme", poursuit Philippe Joubert. 

 

>> De 12h à 14h, c’est La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

"On va pouvoir privilégier d'autres type d'échanges"

Aujourd'hui, huit personnes travaillent pour ChouetteCopro. Et les retours sont positifs, assure son fondateur. "On s'est rendu compte à quel point ce type de plateforme peut être pertinent pour rassurer les occupants. Et puis, une fois qu'on a cassé la glace, on peut privilégier d'autres type d'échanges, la réservation d'espace commun, le prêt d'outils… On peut imaginer beaucoup de choses".