Remontées mécaniques fermées : "Macron est en train de sacrifier la montagne française"

  • A
  • A
Les professionnels de la montagne réclament une ouverture complète pour Noël. 1:22
Les professionnels de la montagne réclament une ouverture complète pour Noël. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre a annoncé jeudi dernier que les remontées mécaniques resteraient fermées pendant les vacances de Noël, contrairement aux stations de ski. Une décision inacceptable pour les professionnels de la montagne, qui doivent s’entretenir avec Jean Castex lundi matin.

Les professionnels de la montagne ont rendez-vous lundi à 9 heures en visioconférence avec le Premier ministre Jean Castex. Ils comptent plaider leur cause car le secteur est toujours dans l’incompréhension. En effet, le Premier ministre a annoncé jeudi dernier que si les stations pouvaient bien ouvrir à Noël pour "profiter de l’air pur", les remontées mécaniques devraient elles rester fermées. Mais sans les remontées mécaniques, 80% des vacanciers risquent de déserter les stations. Alors, les professionnels craignent que la saison d’hiver soit condamnée et même au-delà.

"Nos concurrents sont en train de venir récupérer notre clientèle"

"Tout l’argent récolté est réinvesti sur le territoire à partir du printemps. Cet écosystème est en train de se casser la figure et nos concurrents sont en train de venir récupérer notre clientèle habituelle de skieurs en France. C’est inacceptable et inadmissible. Monsieur Macron est en train de sacrifier la montagne française", a déclaré Jean-Luc Boch, maire de La Plagne-Tarantaise, en Savoie, et président de l’association des maires de station de montagne, dimanche au micro d’Europe 1.

Les professionnels du secteur assurent que leurs stations sont prêtes et que le protocole sanitaire a été vu et revu. Des centres de dépistage pour tester le personnel tous les 15 jours ont même déjà installé. Pour Jean-Luc Boch, il faudrait au moins que le gouvernement reconsidère la question si le taux d’occupation des hôpitaux de vallée venait à baisser.

Europe 1
Par Marion Gauthier édité par Léa Leostic