L’hommage à Samuel Paty dans les mosquées : "L’islam se désavoue de ces fanatiques"

, modifié à
  • A
  • A
 Le recteur de la Grande Mosquée de Paris avait demandé à ce que les prêches de vendredi soient consacrés à la dénonciation du terrorisme islamiste. (photo illustration) 1:20
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris avait demandé à ce que les prêches de vendredi soient consacrés à la dénonciation du terrorisme islamiste. (photo illustration) © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
Une semaine après l'assassinat Samuel Paty, les musulmans de France ont fait de ce jour de prière, un jour d'hommage au professeur d’histoire tué à Conflans-Sainte-Honorine. Reportage à la mosquée de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis.
REPORTAGE

Un peu partout en France, les imams ont répondu à l'appel du recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui avait demandé à ce que leurs prêches soient consacrés à la dénonciation du terrorisme islamiste. Vendredi à la mosquée de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, des centaines de fidèles se sont réunis pour le prêche, comme chaque semaine.

Mais cette fois, l’imam a eu des mots particuliers : il condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty, tué par un islamiste radical il y une semaine à Conflans-Sainte-Honorine. "Aucune religion ne peut accepter une action aussi abominable. L’islam se désavoue de ces fanatiques, barbares et assassins", pouvait-on entendre dans les haut-parleurs. 

"Ensemble, nous y arriverons"

Face à lui, l’assemblée est très émue. "Nous, les musulmans, sommes doublement meurtris. Nous perdons une personne de notre famille. Cet acte était soi-disant fait en notre nom, mais je voudrais dire à la France entière que nous n’y sommes pour rien. Nous regrettons cet acte. Nous sommes là en paix. L’islam veut dire paix. Nous nous battrons et nous lutterons à vos côtés. Ensemble, nous y arriverons", confie Karim, qui tenait à exprimer sa peine.

A Montfermeil, les prêches se sont succédés dans l’après-midi avec à chaque fois le même message en hommage à Samuel Paty.

Europe 1
Par Caroline Baudry édité par Léa Leostic