Pluie de grêlons sur les vignes de Savoie : "J'ai 40 ans et je n'avais jamais vu ce niveau de dégâts"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au lendemain de l'averse de grêles qui s'est abattue sur l'Auvergne-Rhône-Alpes mais aussi sur la Savoie, les viticulteurs de l'appellation d'Apremont constatent les importants dégâts.
REPORTAGE

Les violents orages qui se sont abattus sur plusieurs départements d'Auvergne-Rhône-Alpes, dimanche, ont ravagé les arbres fruitiers notamment des producteurs de la Drôme. Mais ils n'ont pas été les seuls à être touchés. Les grêlons gros comme des balles de golf ont également détruit une partie du vignoble d'Apremont en Savoie.

"Les rameaux de l'année sont matraqués"

En à peine une dizaine de minutes, le passage d'une véritable tempête de grêlons, dans la cluse de Chambéry, a ravagé les vignes. Les plantations, situées sur les pentes du Granier où poussent les cépages de l'appellation d'Apremont, ont été particulièrement touchées.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Des feuilles qui sont hachées, des raisins qui sont par terre, les rameaux de l'année sont matraqués", constate Yannick Uchet, l'un de ces viticulteurs, au micro d'Europe 1. "Sur un rameau, il y a des dizaines d'impacts. Cela va nous empêcher de tailler cet hiver. Moi qui ait 40 ans, je n'avais jamais vu ce niveau de dégâts."

Les récoltes de 2019 et de 2020 sont menacées

Yannick Uchet a perdu plus de 50% de ses vignes et il n'est pas le seul ; tous les domaines viticoles de l'appellation sont mal en point. "300 hectares de vignes sont touchés, entre 100% et 40%", regrette Pierre Viallet, président du comité interprofessionnel des vins de Savoie. "Nous sommes en pleine floraison donc les conséquences sont colossales pour les récoltes de l'année 2019 mais aussi pour celles de 2020 pour les vignes touchées à 100%. Cela fait beaucoup sur le plan psychologique."

Des exploitations menacées de disparition

Sur les 45 exploitations touchées, une trentaine est directement ou indirectement menacée de disparition. Désormais, pour sauver ce qui peut l'être, les viticulteurs attendent la déclaration de catastrophe naturelle. La veille, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annoncé que l'état de catastrophe naturelle allait être déclaré par l'État après les violents orages dans plusieurs départements d'Auvergne-Rhône-Alpes. Les intempéries y ont fait un mort, une touriste allemande écrasée par un arbre tombé sur son camping-car.

Europe 1
Par Rémy Pierre, édité par Marthe Ronteix