Pédophilie dans l’Église catholique : "Il faut mettre un terme à cette culture du silence"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L’avocat Edmond-Claude Fréty a salué la législation adoptée par le pape François, qui oblige le clergé à signaler les abus sexuels. Mais il insiste également sur la nécessité d’alerter en priorité les autorités judiciaires.
INTERVIEW

Le pape François intensifie la lutte contre la pédophilie dans l’Église catholique. Le souverain pontife a changé la loi canonique pour rendre obligatoire le signalement de tout soupçon d'agression sexuelle ou de harcèlement au sein du clergé. "Il faut absolument mettre un terme à cette culture du silence et cette tendance à gérer en interne des faits de nature pénale. Ces faits ne peuvent pas être gérés autrement que par des autorités judiciaires", a nuancé l’avocat Edmond-Claude Fréty, interrogé jeudi soir sur Europe 1.

>> De 17h à 20h, c'est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"On ne peut pas enquêter sur soi-même"

L’obligation de remonter les agressions sexuelles à l’Église n’impose cependant pas d’obligation de signaler les cas aux autorités judiciaires du pays, sauf là où la loi locale l'impose. Pour maître Fréty, il est pourtant crucial que les actes de pédophilie soient rapportés en priorité à la justice. "Je suis heureux que le pape rappelle cette obligation de dénonciation. Mais investiguer sur ces actes ne peut être fait que par des professionnels et à l’extérieur de l’Église. On ne peut pas enquêter sur soi-même", estime l’avocat, qui défend des victimes d’actes de pédophilie.

"La hiérarchie maintient souvent le silence"

"La non-dénonciation d’atteinte sexuelle sur un mineur est dans le droit français depuis longtemps, et qui s’impose avant le droit canonique. C’est bien que le pape fasse un "motu proprio" (nom donné à la lettre émise par le pape qui modifie la loi canonique, ndlr). Cela met les choses au clair, surtout pour l’autorité hiérarchique", poursuit maître Fréty. En effet, la loi canonique adoptée par le pape oblige dorénavant à signaler toute tentative par la hiérarchie catholique de couvrir des abus sexuels perpétrés par un prêtre ou un religieux. "Souvent, la hiérarchie maintient le silence et a du mal à porter ces informations à la connaissance de l’autorité judiciaire. Le rappel est intéressant, mais il faut le mettre en œuvre".