Orages dans le Sud-Est : "Il faudra plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour tout remettre en état"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Une large partie du sud-est de la France a été balayée par de très violents orages, jeudi après-midi, avec d'importants dégâts matériels. Une personne est portée disparue.

Des torrents de pluie en Moselle, des milliers d'éclairs en Ardèche, de la grêle dans les Bouches-du-Rhône… Jeudi, tout l'Est de la France a été balayé par les orages et la pluie continuait de tomber à certains endroits. 

Un Allemand de 70 ans recherché. Dans un camping gardois de Saint-Julien-de-Peyrolas, 180 personnes ont été mises à l'abri dans l'après-midi, dont une majorité d'adolescents qui participaient à une colonie de vacances. Mais un Allemand de 70 ans, qui faisait partie de l'encadrement de cette colonie, reste porté disparu. "L'homme s'est réfugié dans une caravane, qui a été emportée et retrouvée entièrement disloquée", explique Sébastien Baudoux, colonel de la gendarmerie du Gard, au micro d'Europe 1. 

Dans le département du Gard, 750 personnes ont été évacuées et placées en sécurité en raison des très fortes précipitations. "Les petits cours d'eau secs se sont gorgés d'eau en quelques heures et ont noyé les camping-cars qui étaient en points bas", note le colonel Christian Simonet.

"Un torrent à la place de la route". Comme dans la Drôme, plusieurs milliers de personnes sont toujours privées d'électricité en Ardèche, où l'on observe des dégâts matériels importants. À Bourg-Saint-Andéol, des petites routes ont été emportées par l'eau : "Ça ressemble à un torrent à la place de la route, tout simplement", constate Ludovic Fabre, responsable technique de la mairie. "Certains chemins sont arrachés sur plusieurs dizaines de mètres et il faudra plusieurs jours voire plusieurs semaines pour tout remettre en état."

"Des grelots gros comme une balle de tennis". Il faudra aussi évaluer les dégâts à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône, où des "grelots aussi gros qu'une balle de tennis" sont tombés pendant une demi-heure, selon le maire Gérard Gazay : "Il y a énormément de dégâts matériels sur des toitures qui se sont fissurées, avec des pare-brise qui ont explosé. Par endroits, on est à 60 à 80 cm d'eau."