"On a très peu de candidates" : l'armée veut féminiser ses effectifs

  • A
  • A
"Par méconnaissance du métier, on a très peu de candidates", explique un pilote militaire (photo d'illustration).
"Par méconnaissance du métier, on a très peu de candidates", explique un pilote militaire (photo d'illustration). © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :
Pour donner envie aux jeunes français de s'engager, l'armée a organisé La Fabrique Défense, le dédié aux métiers de la défense. Simulations, drones, missiles, conférences...il y en a pour tous les goûts. En plus de déclencher des vocations chez de futures jeunes recrues, l'armée espère aussi féminiser ses effectifs. 
REPORTAGE

Drones, missiles, conférences... L'opération séduction pour recruter est lancée, avec La Fabrique Défense. Le salon dédié aux métiers de l'armée a ouvert ses portes, vendredi à Paris. C'est le premier événement du ministère des Armées entièrement tourné vers la jeunesse. La présentation des métiers continue samedi, avec des immersions et des simulations pour les visiteurs. Les métiers de la défense sont encore très masculins, mais dans ce salon, beaucoup de femmes viennent se renseigner.

"On a envie d'être là pour son pays"

Au stand de l'armée de Terre, l'officier général guide Sophie 15 ans, gilet en treillis kaki de 5 kg sur le dos, qui tente de toucher une cible à trois mètres après avoir enchaîné des pompes et des sauts d'obstacle. Malgré la difficulté d'être une femme au sein de l'armée, l'adolescente est très motivée. "On a envie d'être là pour son pays", explique-t-elle au micro d'Europe 1 en reprenant son souffle après cet exercice éprouvant. 

"Il y a des choses qui tournent sur les femmes dans l'armée, mais ça ne me fait pas peur. En venant ici, j'ai beaucoup plus envie de m'engager", poursuit-elle. Mais avant de signer son contrat, la future recrue doit attendre ses 17 ans et demi, l'âge minimum. 

"On est là pour expliquer aux garçons comme aux filles qu'on a besoin de pilotes"

Sur d'autres stands du salon qui se tient au Paris Event Center, l'opération séduction continue avec des simulations de tirs de missiles, de pilotage de drones...L'armée a même fait installer une réplique d'un cockpit de Rafale qui attire autant les hommes, que les femmes. "Par méconnaissance du métier, on a très peu de candidates", explique Adrien, pilote militaire pour qui la profession est trop masculine. "On est là pour expliquer aux garçons comme aux filles qu'on a besoin de pilotes, de recruter des femmes dans notre univers", détaille-t-il au micro d'Europe 1. 

Europe 1
Par Yasmina Kattou, édité par Ugo Pascolo