Nantes : après une vague de fusillades, une marche pour dire "non à la guerre des quartiers"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après une vague de fusillades, les associations de sept quartiers de Nantes se sont rassemblées dimanche pour dire stop aux violences. 
REPORTAGE

Les quartiers de Nantes se mobilisent. Après une vague de fusillades entre bandes rivales, cinq en cinq jours la semaine dernière, et la mort d'un jeune homme tué par balle dans la nuit de lundi à mardi, familles et associations de sept quartiers de la ville avaient décidé de marcher ensemble dimanche pour dire "non à la guerre des quartiers".

Ils étaient plusieurs centaines à battre le pavé, notamment sur la place Neptune, dans le centre-ville. "C'est avec beaucoup d'émotion que je vois que tous les quartiers ont joué le jeu", s'est réjouie Bouchra Akdim, sous les applaudissements de la foule. "C'était ça le message qu'on voulait lancer, un message fort. On a marché les uns derrière les autres et c'est ça les vrais quartiers Nantais, c'est cette image là, tous les quartiers tous ensemble". 

"Face à la violence, on aura besoin de tout le monde"

Dans la foule, beaucoup portaient des t-shirts "ne laissons pas la violence tuer l'espoir". Au micro d'Europe 1, Ali Rebouh, élu de la ville et originaire du quartier des Dervallières, espère que ce message va porter. "Face à la violence, on aura besoin de tout le monde, et surtout des habitants, des mamans, des parents, des enfants. Ça fait chaud au cœur de se retrouver tous". 

Des enfants, des mères et des pères étaient bien présents dans le cortège, comme Emmanuel, qui voulait absolument être là aujourd’hui. "Je me sens hyper concerné par tout ça. Je suis père de famille, j'ai trois enfants", explique-t-il. "On a pas envie que Nantes, ça devienne Marseille. On a envie de rester dans une ville où il fait bon vivre, une ville où on accompagne les jeunes".

Pour tous les participants, c'est le début d'une mobilisation qui doit durer pour tenter d'extirper la violence et faire cesser les fusillades. 

Europe 1
Par Pierre-Baptiste Vanzini, édité par Antoine Terrel