"Marée blanche" : 1,2 tonne de cocaïne récupérée sur la côte atlantique

  • A
  • A
Les enquêteurs privilégient la piste d'un délestage.
Les enquêteurs privilégient la piste d'un délestage. © Fred TANNEAU / AFP
Partagez sur :
Plus d''une tonne de ballots de cocaïne a été récupérée depuis plus d'un mois au gré des marées sur la côte atlantique française.

Plus d'1,2 tonne de ballots de cocaïne, de provenance inconnue, a été récupérée depuis plus d'un mois au gré des marées sur la côte atlantique française, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Rennes.

"Nous en sommes à 1.225 kilos avec un net ralentissement depuis deux jours", a indiqué le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, qui ne souhaite pas communiquer sur l'enquête.

De la taille d'une boîte à chaussures, entourée de cellophane pour être hermétiques, ces ballots contiennent de la cocaïne base à un degré de pureté important (83%). Depuis mi-octobre, la drogue arrive de manière éparse sur les côtes françaises sur une zone qui s'étend des Landes jusqu'au Finistère. Un phénomène rare, qui rappelle que les trafiquants privilégient le transport maritime.

Les enquêteurs privilégient la piste d'un délestage

Accident de transport, délestage volontaire ? Les circonstances restent encore inconnues, mais les enquêteurs privilégient la piste d'"un délestage à la suite d'une avarie ou d'une tempête", avait indiqué la semaine dernière le procureur de Rennes.

L'essentiel de la cocaïne provient des trois grands pays producteurs : la Colombie, le Pérou et la Bolivie. Le Vieux continent est le deuxième marché mondial, derrière l'Amérique du Nord. Les trafiquants doivent donc trouver des moyens efficaces pour traverser l'Atlantique.
Transporter ce type de produit constitue un délit passible de 10 ans d'emprisonnement.

Un jeune homme de 17 ans arrêté la semaine dernière avec 5 kg de cocaïne trouvés sur une plage de Lacanau, en Gironde, et qui a affirmé vouloir la "ramener aux gendarmes", a été mis en examen pour "détention de stupéfiants" et placé sous contrôle judiciaire.