Marche blanche en mémoire de Julie Douib, tuée par son ex-compagnon : "Elle m'avait confié qu'un jour, un drame arriverait"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Deux marches blanches ont été organisées samedi, en Seine-et-Marne où Julie est née, et en Corse, où elle est morte, pour rendre hommage à la jeune femme de 34 tuée dimanche par son ex-compagnon. 
REPORTAGE

C'est une double marche blanche qui a été organisée samedi, pour rendre hommage à Julie Douib, cette jeune femme tuée dimanche à L’Île Rousse, en Haute-Corse, par son ex-compagnon. La trentième victime de féminicide depuis le début de l'année en France. Au lendemain du 8 mars, journée internationale du droit des femmes, cette double marche prend une dimension toute singulière. 

"Elle se sentait en danger". Elles étaient près de 500 à marcher en silence à Vaires-sur-Marne, en Seine-et-Marne, d'où était originaire la jeune femme de 34 ans. En tête du cortège, son amie Céline qui portait un t-shirt à l'effigie de Julie. Au téléphone, elle avait confié, quelques jours avant le drame, sa peur de mourir. "Elle se sentait en danger. Ce qu'elle m'avait confié c'est qu'un jour, un drame arriverait", se souvient Céline, au micro d'Europe 1. "Là où je suis très en colère, c'est que son conjoint avait une détention de port d'arme et quand on porte plainte pour violences conjugales, on aurait dû lui enlever", poursuit-elle. 

foule600

Photo AFP. 

Cinq plaintes avaient été déposées. Julie a été tuée dimanche, "par deux ou trois tirs d'armes à feu", "dans une situation de séparation très conflictuelle" avait précisé la procureur de la République de Bastia, Caroline Tharot. Au total, cinq plaintes avaient été déposées, que ce soit par la victime, l'auteur des tirs ou le père de la victime, pour violences, vol, dégradation ou injures non publiques. Le tireur, détenteur d'une licence de tir sportif, s'était constitué prisonnier à la gendarmerie. Cet homme de 42 ans a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire.

fleur600

Photo AFP.

"J'espère qu'elle reposera en paix". Soudain, la foule s'arrête dans un parc où Julie avait l'habitude de jouer, enfant. Sa cousine Caroline allume une bougie et prend la parole, émue aux larmes. "Ça fait chaud au cœur de vous voir tous là, j'espère qu'elle reposera en paix et qu'on sera là pour s'occuper de ses enfants", lance-t-elle, la voix tremblante avant de glisser un "merci", sous les applaudissements. 

muriel600

Photo AFP.

"Les gendarmes savaient qu'il y avait une arme", dénonce Muriel Robin. La comédienne Muriel Robin est là, en tête de cortège. Elle dénonce un manque d'écoute et d'action de la part des autorités. "Les gendarmes savaient qu'il y avait une arme ! Ils le savaient ! Quand une femme vient porter plainte, il faut que le cauchemar s'arrête", tranche l'actrice qui avait incarné Jacqueline Sauvage à l'écran. Muriel Robin imagine une "pièce en velours" dans chaque commissariat, "avec une femme gentille qui prend la victime dans ses bras et lui dit 'c'est fini ma chérie'". Les parents de Julie n'étaient pas là mais se sont rendus auprès de leurs petits-enfants, en Corse où une autre marche blanche était organisée. Celle-ci a rassemblé quelques 3.000 personnes.