Manifestations non déclarées de gilets jaunes : Eric Drouet condamné à 2.000 euros d'amende dont 500 avec sursis

, modifié à
  • A
  • A
Eric Drouet a toujours nié avoir un rôle de "leader" au sein du mouvement des "gilets jaunes".
Eric Drouet a toujours nié avoir un rôle de "leader" au sein du mouvement des "gilets jaunes". © Zakaria ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :
Figure médiatique des "gilets jaunes", Eric Drouet a été condamné vendredi à une amende de 2.000 euros, dont 500 avec sursis, pour avoir organisé dans les rues de la capitale deux manifestations sans déclaration préalable.

Le "gilet jaune" Eric Drouet, qui a toujours nié tout rôle de leader dans le mouvement, a été condamné vendredi à Paris à 2.000 euros d'amende, dont 500 avec sursis, pour l'"organisation" de deux manifestations parisiennes "sans déclaration préalable" en décembre et janvier.

Son avocat Khéops Lara a annoncé à la presse qu'il allait faire appel. Le chauffeur routier de 34 ans n'était pas présent pour entendre son jugement, "pour des raisons professionnelles" selon son défenseur. "Je peux déjà le dire, on va faire appel", a-t-il ajouté.

"Je suis juste un relais"

Cette décision intervient à la veille du 20e samedi de mobilisation de ce mouvement social entamé mi-novembre, auquel ne participera pas Eric Drouet qui avait annoncé il y a deux semaines que l'acte 18 était sa dernière manifestation. Lors de l'audience, le 15 février, le parquet avait requis un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende à son encontre. Eric Drouet avait nié avoir organisé des manifestations samedi 22 décembre et mercredi 2 janvier à Paris. "Je n'ai aucun rôle d'organisateur ou de leader dans ce mouvement", "je suis juste un relais", avait assuré ce père de famille de 34 ans, qui fut l'un des initiateurs de la première mobilisation nationale des "gilets jaunes" le 17 novembre, en créant sur Facebook l'événement "Blocage national contre la hausse des carburants".

Plusieurs messages qu'il avait envoyés sur les réseaux sociaux avaient été lus à l'audience. "On dira au dernier moment" le lieu de rassemblement, "nous irons où nous voulons aller", "c'est demain les amis. [...] Dans le respect de la loi mais pas plus". "Eric Drouet montre qu'il est un organisateur du mouvement" et devait donc faire une déclaration préalable de manifestation afin de "permettre de préserver l'ordre public", avait soutenu le procureur.

Une interpellation polémique

Le 22 décembre, Eric Drouet avait signé une déclaration préalable pour une manifestation à Versailles mais s'était finalement rendu à Paris et avait été interpellé non loin des Champs-Élysées. Quant au 2 janvier, il avait affirmé qu'il voulait "juste se rendre au restaurant" avec des amis quand il a été interpellé près des Champs-Elysées. Quelques heures avant, il déclarait toutefois dans une vidéo diffusée sur Facebook : "Ce soir, on va pas faire une grosse action, mais on veut choquer l'opinion publique".

"Eric Drouet est une figure de la contestation, il n'a jamais contesté avoir un peu d'importance au sein des gilets jaunes", a commenté son avocat. "Peut on se retrouver en garde à vue pour être allé déposer des bougies à la Concorde et rejoindre des amis au restaurant ? Est-ce qu'on peut accepter ça ?", a-t-il interrogé.