Lycées : les incitations à manifester sont "une incitation à courir un danger grave", condamne Jean-Michel Blanquer

  • A
  • A
Des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre ont notamment eu lieu aux abords du lycée Jean-Pierre Timbaud d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis.
Des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre ont notamment eu lieu aux abords du lycée Jean-Pierre Timbaud d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. © Aude Vernuccio / Europe 1
Partagez sur :
"La violence est en train d'envahir les débats", a regretté le ministre de l'Éducation, mercredi soir au Sénat.

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a mis en garde mercredi soir contre les incitations à manifester à destination des lycéens, affirmant qu'elles sont "une incitation à courir un danger grave".

"La violence est en train d'envahir les débats". Le ministre défendait au Sénat le budget de l'Enseignement scolaire lorsqu'il a été interpellé par la sénatrice Céline Brulin (CRCE à majorité communiste) sur le mouvement de contestation dans les lycées."Il serait bon d'accorder à cette mobilisation toute l'attention qu'elle mérite", a notamment déclaré la sénatrice, soulignant que "plusieurs syndicats d'enseignants rejoignent désormais les mobilisations". "Les circonstances actuelles dans notre pays font que la violence est en train d'envahir les débats et de faire en sorte que nos lycéens soient mêlés à des contextes dangereux", a réagi Jean-Michel Blanquer.

"Toutes les incitations à manifester, et malheureusement Mme la sénatrice vous l'avez un peu fait, toutes les incitations à manifester sont en réalité une incitation à courir un danger grave, vu les circonstances auxquelles nous avons assisté ces derniers jours", a affirmé le ministre. "Je le dis avec une certaine solennité, parce que les prochains jours sont en effet inquiétants". "Le message de raison, le message de sagesse que nous devons avoir vis-à-vis des lycéens ce soir, c'est celui bien entendu de pouvoir débattre sans aucune violence et surtout de les soumettre à aucun danger", a-t-il encore déclaré.

Des dizaines de lycées perturbés. Des dizaines de lycées ont été perturbés mercredi dans la foulée des "gilets jaunes", au troisième jour d'un mouvement de contestation contre les réformes dans l'éducation qui a fait un blessé grave avant un appel à la "mobilisation générale" jeudi.