Loi Elan : des handicapés en colère stoppent un convoi de l'A380 dans le Gers

  • A
  • A
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
La loi Elan prévoit le passage de 100% à 10% de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve. Les associations ne décolèrent pas.

Une quinzaine de personnes handicapées, dont huit en fauteuil, ont stoppé mercredi matin le convoi de l'A380 dans le Gers pour protester contre le projet de loi Elan, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et des organisateurs.

Une loi "insupportable". "La loi Elan est insupportable, on s'attaque aux logements accessibles aux personnes handicapées alors qu'il n'y en a déjà pas assez", a déclaré Odile Maurin, présidente de l'association Handi-social, moins d'un mois après avoir mené une opération "péage gratuit" à Toulouse. Ces militants associatifs protestent contre une disposition du projet de loi Elan (Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique) qui prévoit le passage de 100% à 10% de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve. Les 90% restants sont destinés à être "évolutifs", c'est-à-dire rendus accessibles à l'issue de travaux simples.

Un campement installé sur la route. Au total, une vingtaine de personnes en situation de handicap et leurs proches ont installé un campement sur la nationale 124, à l'entrée de la commune de l'Isle-Jourdain dans le Gers. Cet itinéraire à grand gabarit permet l'acheminement entre le port de Bordeaux et les usines de Toulouse des pièces de l'A380, le mastodonte du constructeur Airbus, dont les immenses éléments ne peuvent être transportés dans les avions cargos Beluga ST. Malgré l'intervention des gendarmes, et notamment la présence du chef du groupement de la gendarmerie du Gers, les manifestants ont refusé de quitter la chaussée, ou certains s'étaient même couchés, a précisé Odile Maurin. 

"Un symbole économique". Le convoi, qui comporte les deux ailes, l'empennage vertical, et des tronçons de fuselage, n'a pu respecter ses horaires de circulation et a dû rester sur place. Il devrait reprendre la route dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué la gendarmerie. "On avait dit qu'on s'attaquerait à un symbole économique, et en Haute-Garonne il n'y a pas plus gros", a souligné Odile Maurin, qui demande au président d'Airbus group, Tom Enders, de faire pression sur le gouvernement pour retirer cette disposition sur l'accessibilité des logements neufs. "Si nous n'avons pas de réponse, nous reprendrons le blocage dès ce soir", a prévenu la présidente d'Handi-social.

Le projet de loi a été adopté en première lecture par l'Assemblée nationale le 12 juin. Selon Handi-social, le Sénat a limité le 19 juillet la diminution à 70%.