Un nouveau scandale pour le diesel ?

, modifié à
  • A
  • A
Près de huit millions de véhicules diesel en France sont équipés de ces filtres 1:27
Près de huit millions de véhicules diesel en France sont équipés de ces filtres © MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :
Les nouveaux moteurs diesel, supposés moins nocifs pour l'environnement, sont en fait une catastrophe en termes d'émission de particules fines, selon Florent Grellier, de l'ONG Transport et Environnement, interrogée mardi au micro d'Europe 1. 
ANALYSE

Les Français ont déjà massivement commencé à s'en détourner, ce que l'on apprend lundi pourrait finir de les convaincre de renoncer au Diesel. Selon l'ONG européenne Transports et Environnement, les nouveaux moteurs, réputés pourtant plus propres, explosent occasionnellement les émissions de particules fines.

Une voiture diesel, récente, aux dernières normes, émet donc peu de particules d'après le constructeur. C'est vrai, sauf lors des phases de régénération. Pour moins polluer, en tout cas officiellement, les derniers véhicules diesels sont équipés de filtres qui empêchent les particules d'êtres expulsées par les pots d'échappements. Le problème, c'est qu'au fil des kilomètres, ces filtres s'encrassent, et il faut donc les nettoyer. 

219 millions de régénérations par an en France

La voiture le fait toute seule, sans que vous vous en rendiez compte. Tous les 500 kilomètres environ, le véhicule diesel se régénère, et expulse d'un coup son trop plein de particules. Résultat, pendant quelques minutes, votre voiture émet jusqu'à mille fois plus de particules fines qu'en usage normal. Et au vu du nombre de ces Diesels en circulation, c'est une catastrophe, selon Florent Grellier de l'ONG Transport et Environnement.

"Un impact global extrêmement important"

"Environ 7,7 millions de voitures en France qui sont équipées de ce type de filtre, ce qui représente environ 219 millions de régénérations par an. Donc ce n'est pas simplement une voiture qui une fois toutes les deux semaines va faire une régénération, c'est vraiment un impact global qui est extrêmement important", explique-t-il au micro d'Europe 1. 

Or ces phases de régénérations, et les pics de particules fines qu'elles engendrent, ne sont absolument pas prises en compte lors des tests d'homologation, même les plus stricts.

Europe 1
Par Julien Pearce, édité par Lucie de Perthuis