"Les déplacements de populations sont une constante de notre histoire", retrace l'historien Bruno Cabanes

  • A
  • A
81 migrants secourus en Méditerranée le 11 août 2019
81 migrants secourus en Méditerranée le 11 août 2019 © Anne CHAON / AFP
Partagez sur :
Bruno Cabanes, historien, publie un recueil de photographies retraçant un siècle de migrations à travers le monde. Il présente son ouvrage au micro d'Europe 1. 
INTERVIEW

Retour sur un siècle de migrations et de réfugiés. L'historien Bruno Cabanes, spécialiste d'histoire de la guerre à l'université d'Ohio, aux Etats-Unis, a publié début novembre Un siècle de réfugiés : photographier l'exil (Seuil), qui retrace par l'image les mouvements de population traversant le monde depuis le début du XXe siècle. 

L'universitaire entend utiliser l'histoire pour éclairer les débats actuels. "Les déplacements de population, c'est une constante de notre histoire", souligne-t-il au micro d'Europe 1, pointant l'importance de la "mémoire longue". "Dans les années 1920, la population de la Grèce a connu un accroissement de 20%, soit deux fois plus qu'en 2015. Et quand la Seconde Guerre mondiale éclate, un Belge sur cinq quitte son pays envahi", rappelle Bruno Cabanes. 

Une "infime minorité" des réfugiés en Europe

Le livre qu'il publie vise notamment à défaire les idées tenaces, mais erronées, qui ponctuent souvent les débats. D'après lui, 80% des réfugiés actuels quittent un pays du Tiers monde non pas pour l'Europe, mais pour un Etat frontalier. "Ce que les photographes révèlent le plus souvent par leurs images c'est l’arrivée de réfugiés chez nous. Il s'agit toutefois d'une infime minorité des mouvements de réfugiés dans le monde."

Bruno Cabanes publie dans son recueil des photographies capturées par des professionnels, des amateurs, et pour certaines, par les migrants eux-mêmes. Familles fuyant la guerre d'Espagne dans les années 1930, rescapés des camps de la mort attendant de rentrer chez eux en 1946, et, plus récemment, des migrants agrippés aux objets qu'ils gardent pendant leurs périples interminables... "Ce livre est un plaidoyer pour photographier différemment les réfugiés."

Europe 1
Par Laetitia Drevet