Le caractère antisémite du meurtre de Mireille Knoll remis en question : "Comment voulez-vous croire des gens qui mentent tout le temps ?"

, modifié à
  • A
  • A
Daniel Knoll, le fils de la victime, refuse de prêter attention à la rétractation de l'un des accusés.
Daniel Knoll, le fils de la victime, refuse de prêter attention à la rétractation de l'un des accusés. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
L'un des accusés conteste désormais le récit du meurtre qu'il a fait aux enquêteurs, juste après les faits, ce qui pourrait aussi remettre en cause la dimension antisémite du drame.
RÉACTION

Le caractère antisémite du meurtre de Mireille Knoll, vieille dame juive de 85 ans tuée chez elle le 23 mars, est désormais vivement contesté par l'un des deux mis en examen dans cette affaire. Or, ce sont précisément sur des déclarations antérieures de ce même suspect que repose la qualification du crime.

Une petite phrase qui change tout. L'après-midi du drame, dans le huis-clos de l'appartement de Mireille Knoll, après quelques verres de porto, Yacine, voisin depuis son plus jeune âge de la vieille dame, aurait dit que "les Juifs ont une bonne situation", à en croire les premières déclarations de son comparse, Alex. S'en est alors suivi un effroyable déchaînement de violence, qui a abouti à la mort de l'octogénaire et à l'incendie de l'appartement. Cette version, racontée en garde à vue, "sous le choc", est désormais contestée par Alex. Devant la juge, le jeune homme a en effet assuré n'avoir jamais entendu Yacine parler de la "bonne situation des Juifs".

"Comment voulez-vous leur faire confiance ?" Cette rétractation laisse de marbre Daniel Knoll, le fils de la victime. "J'ai une certaine indifférence quand de la racaille change sa version. Ces gens-là, je n'ai aucune confiance en ce qu'ils peuvent dire vu ce qu'ils ont fait", lâche-t-il à Europe 1. "Comment voulez-vous croire des gens qui mentent tout le temps, des gens qui ont osé tuer une dame âgée de 85 ans ? Comment voulez-vous leur faire confiance ?", s'agace-t-il.

"Ce sont des monstres".  S'il accuse toujours son camarade du meurtre, Alex prétend aujourd'hui que c'était pour se venger d'un séjour en prison qu'il pense avoir fait à cause de Mireille Knoll, après une agression sexuelle sur une mineure qui était hébergée chez elle. "Leur témoignage, de toute façon, n'a pas d'importance au vu de ce qu'ils ont fait", balaye encore Daniel Knoll. "Ils ont commis l'abominable, ce sont des monstres", ajoute-t-il. Même son de cloche du côté de son avocat, Gilles-William Goldnadel : "Ce qui compte pour moi, c'est qu'il maintient que Yacine a bien dit 'Allah Akbar'. C’est un crime crapuleux, mâtiné d'antisémitisme", a-t-il relevé, également auprès d'Europe 1.

Europe 1
Par Pierre de Cossette, édité par Romain David