Une mère de djihadiste rejugée pour financement : procès interrompu pour cause de QPC

, modifié à
  • A
  • A
La mère d'un djihadiste franco-algérien présumé mort en Syrie est rejugée jeudi et vendredi par la cour d'appel de Paris.
La mère d'un djihadiste franco-algérien présumé mort en Syrie est rejugée jeudi et vendredi par la cour d'appel de Paris. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Cette femme avait été condamnée à deux ans de prison ferme pour avoir notamment aidé son fils à quitter la France, en dépit d'une interdiction de sortie du territoire. 

Le procès en appel d'une mère de djihadiste, condamnée en septembre à deux ans de prison ferme pour avoir envoyé de l'argent à son fils, a été interrompu jeudi par la cour d'appel de Paris dans l'attente d'une décision sur une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

La cour d'appel se prononcera le 12 septembre sur cette QPC déposée par la défense de Nathalie Haddadi, mère d'un djihadiste franco-algérien présumé mort en Syrie, et qui porte sur la constitutionnalité du délit de financement du terrorisme, notamment s'agissant du cadre familial. À cette date, elle dira si elle transmet ou non cette QPC à la Cour de cassation qui, le cas échéant, choisira ou non de la transmettre au Conseil constitutionnel. En attendant, le procès en appel de Nathalie Haddadi, qui devait se tenir jusqu'à vendredi, est interrompu.

Condamnée à deux ans de prison ferme en première instance. Il avait débuté dans une ambiance apaisée et presque sans aucun média présent, aux antipodes de son premier procès début septembre, qui s'était terminé à quatre heures du matin dans les larmes et les invectives. Le 28 septembre, le tribunal correctionnel avait condamné cette conseillère commerciale en Alsace à deux ans de prison ferme pour financement du terrorisme et pour avoir aidé son fils, délinquant radicalisé en prison, à quitter la France alors qu'il était visé par une interdiction de sortie du territoire. Les juges n'avaient pas ordonné son incarcération immédiate, requise par le parquet de Paris. Elle avait fait appel.

Son fils de 21 ans, tué en 2016. Là où Nathalie Haddadi affirmait avoir seulement "aidé" son enfant, le tribunal avait estimé qu'elle avait bien financé le terrorisme en lui payant des billets d'avion et en lui envoyant de l'argent alors qu'il se trouvait en Malaisie, étape de son périple vers la Syrie, où il avait rejoint l'organisation djihadiste État islamique (EI). "Vous saviez parfaitement que votre fils partait en Syrie, voyage financé notamment grâce à vous", lui avait lancé la présidente du tribunal. En août 2016, Nathalie Haddadi avait reçu un appel lui annonçant la mort de son fils, à 21 ans.

"J'ai du mal à croire qu'on m'associe au financement du terrorisme". Nathalie Haddadi avait soutenu l'avoir envoyé chez son père en Algérie pour le remettre dans le droit chemin et l'avoir ensuite soutenu financièrement lorsqu'il était en vacances en Malaisie, notamment "pour manger". "J'ai du mal à croire qu'on m'associe au financement du terrorisme", "je n'ai jamais envoyé d'argent en Syrie ou en Turquie", avait-elle déclaré lors de son premier procès. Jugé par défaut en l'absence de certitude sur sa mort, le fils, Belabbas Bounaga, avait été condamné à 10 ans d'emprisonnement, la peine maximale, assortis d'un mandat d'arrêt.

Également poursuivi pour financement, le meilleur ami du djihadiste avait été condamné à trois ans d'emprisonnement et immédiatement incarcéré. Il est depuis sorti de prison et comparaît libre en appel. Condamné à un an avec sursis, le fils cadet de Nathalie Haddadi, frère du djihadiste, n'a lui pas fait appel.