Grève du 5 décembre : RATP et SNCF mobiliseront leurs cadres pour conduire les trains

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À l'approche d'un "jeudi noir" dans les transports en commun pour protester contre la réforme des retraites, la SNCF et la RATP ont décidé de réquisitionner certains de leurs cadres pour conduire les trains, métros et autres RER. 

Réservations fermées entre le 5 et le 8 décembre, flexibilité pour les voyageurs... À quelques jours du "jeudi noir dans les transports" promis par plusieurs syndicats, la SNCF anticipe une mobilisation qui s'annonce très suivie, pour protester contre la réforme des retraites. Afin d'éviter une paralysie totale jeudi prochain, l'entreprise a décidé, tout comme la RATP, de mobiliser certains de ses cadres non grévistes pour conduire les trains, métros et autres RER.

C'est un véritable système-D pour faire circuler le plus de trains possibles. Les cadres qui possèdent la qualification nécessaire pour prendre les rênes sur les rails vont être mis à contribution. Ces agents ne sont pas des novices, puisqu'ils suivent régulièrement des formations pour mettre leurs compétences de conducteurs à jour. Il n'y a donc a priori pas de problème de sécurité. Impossible, en revanche, de savoir combien ils sont précisément : ni la SNCF, ni la RATP ne communique de chiffre.

Une pratique connue à la RATP

Si elle est plutôt rare, cette pratique n'est pas nouvelle. À la RATP par exemple, cela fait 10 ans que l'entreprise à recours à ce que certains qualifient de "casseurs de grève". Ça a été le cas par exemple le 13 septembre dernier, et ça a permis d'assurer un service minimum aux heures de pointe. L'entreprise espère donc renouveler la chose pour les 5 et 6 décembre. 

Mais il y a une difficulté supplémentaire cette fois-ci : on ne sait pas combien de temps ce mouvement va durer. Il ne faudrait donc pas que la SNCF et la RATP grillent trop vite leurs cartouches. Quant aux prévisions de trafic, elles seront données mardi soir, soit 48 heures avant ce qui promet d'être, quoi qu'il arrive, une journée particulièrement compliquée dans les transports en commun. 

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Ugo Pascolo