Grève à la RATP : journée noire pour les usagers

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Dix lignes de métro totalement fermées, d'autres partiellement ouvertes, très peu de RER, de bus et de tramways... Une journée d'immense galère a débuté vendredi pour les Franciliens.
L'ESSENTIEL EN DIRECT

Une immense journée de galère. C'est ce qui s'annonce ce vendredi pour les FranciliensDix lignes de métro totalement fermées, d'autres partiellement ouvertes, très peu de RER, un tiers des bus seulement en circulation, des tramways au garage... Le trafic sera "extrêmement perturbé" vendredi par une grève d'une ampleur inégalée depuis 12 ans, annonce la RATP.

Les équipes d'Europe 1 sont mobilisées pour vous faire suivre la situation. Pour connaître toutes les évolutions, écoutez en direct et dès 6 h notre matinale présentée par Mathieu Belliard, dans la vidéo ci-dessus. 

Les informations à retenir

- Plusieurs syndicats de la RATP, dont les trois principaux, appellent à faire grève contre la réforme des retraites

- Il n'y aura aucun métro sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13

- La plupart des autres services de la RATP seront aussi très perturbés 

Des lignes de métros supprimées, d'autres très perturbées

Plusieurs syndicats, dont les trois principaux - Unsa, CGT et CFE-CGC -, appellent à faire grève contre la réforme des retraites et pour le maintien de leur régime spécial. Conséquence : il n'y aura aucun métro sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13, a prévenu la direction mercredi.

Sur les lignes 4 et 7, on pourra compter sur un métro sur trois, mais "uniquement en heures de pointe", c'est-à-dire de 06h30 à 09h30 le matin, puis de 17h à 20h le soir, a précisé la RATP. Des stations sont fermées, comme celles de Montparnasse, Opéra ou Gare de l'Est. Un métro sur trois en heures de pointe est prévu sur la ligne 8, qui ne sera ouverte que partiellement, avec des métros seulement entre les stations Créteil-Pointe du Lac et Reuilly-Diderot.

Un métro sur quatre roulera en heures de pointe sur la ligne 9, qui n'est ouverte que sur deux portions: entre les stations Pont de Sèvres et Franklin-Roosevelt d'un côté, entre Nation et Mairie de Montreuil de l'autre. Pour les lignes automatiques 1 et 14 du métro, le trafic est normal mais "avec risque de saturation", avertit la RATP. "J’ai eu beaucoup de mal pour sortir à Châtelet", rapporte ainsi Isabelle au micro d’Europe 1. "Tout le monde voulait s’engouffrer et ne pas nous laisser descendre. Le quai était noir de monde".

Le funiculaire de Montmartre est quant à lui fermé.

 

Trafic "très fortement perturbé" sur le RER

Sur les lignes RER (zone RATP), le trafic est "très fortement perturbé", avec des trains circulant "uniquement en heures de pointe" et les gares RATP sont "fermées en dehors de ces horaires". Aux heures de pointe, il est prévu un RER A sur trois et un RER B sur cinq (avec interconnexion interrompue avec la SNCF en gare du Nord). La portion du RER A exploitée par la SNCF affiche par ricochet les mêmes perturbations, indique la SNCF.

Ainsi, à Noisy-le-Grand, beaucoup d’usagers arrivés à la gare dès 5 heures, dans l’espoir d’attraper le premier RER, ont trouvé les grilles fermées et ont dû attendre jusqu’à 6h30. "Je badge quand j’arrive au travail, et je suis sensée commencer à 6h30", explique à Europe 1 une usagère. "Je travaille à Disneyland, à Marne-la-Vallée. Ce sont de sous en moins, Il y en a marre !", s’agace-t-elle. 

En revanche, sur la partie nord du RER B (à partir de Gare du Nord), gérée par la SNCF, on pourra compter "un train sur deux toute la journée", selon la SNCF.

Un bus sur trois en moyenne

Pour les lignes de bus et tramways de la RATP, le trafic sera "très perturbé". Il y aura "en moyenne" un bus sur trois en circulation sur l'ensemble du réseau.

La direction prévoit "en moyenne" un tramway sur deux sur les lignes 3b et 5, ainsi qu'un tramway sur trois "en heures de pointe" sur les lignes 1, 2, 3a, 6, 7 et 8.

Des mesures alternatives mises en place par la RATP

"Consciente" des difficultés que connaîtront vendredi ses clients, la RATP a préparé avec des partenaires des "solutions alternatives de mobilité". Elle offre ainsi "30 minutes gratuites" à ses clients qui utiliseront les scooters électriques en libre-service Cityscoot.

Avec la start-up de covoiturage domicile-travail Klaxit, ce sera gratuit pour les passagers et la RATP versera un minimum garanti de 4 euros aux conducteurs.

Le groupe paiera la moitié du coût du stationnement dans les parkings de Paris et sa région, en passant par la start-up Zenpark

Partenariat conclu aussi avec Kapten, une plateforme de VTC où les usagers bénéficieront d'une réduction de 20% du prix des courses.

Enfin, avec les vélos et trottinettes électriques Jump en libre-service, la RATP offrira deux trajets de 15 minutes.

Pécresse réclame un service garanti "aux heures de pointe" 

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse et deux élus qui la soutiennent ont réclamé à nouveau jeudi "un service garanti dans les transports aux heures de pointe en cas de grève".

Dans un communiqué commun, le député Robin Reda et le sénateur Roger Karoutchi, qui ont rejoint le mouvement Libres! de l'ex LR Valérie Pécresse, demandent avec elle "l'inscription en urgence de leur proposition de loi, déposée en mai 2018" qui institue "un service garanti dans les transports aux heures de pointe en cas de grève". "Si le droit de grève est un principe à valeur constitutionnelle, la liberté d'aller et venir, la liberté du commerce et de l'industrie, la liberté du travail aussi !", plaident les deux élus, jugeant "insuffisantes" les mesures prises en 2007 pour améliorer la continuité du service public de transport des voyageurs.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP