"J'ai voulu tirer la sonnette d'alarme" : une maire prend un arrêté interdisant à ses administrés de mourir le week-end

  • A
  • A
1:27
© Capture d'écran Google Maps
Partagez sur :
Par cet arrêté, la maire de la commune de la Loire veut dénoncer la pénurie de médecins dans son secteur.
RÉACTION

L'interdiction a de quoi surprendre. Dans la commune de La Gresle, dans la Loire, il est désormais interdit de...mourir le week-end. Cette mesure, évidemment symbolique, est le fruit d'un arrêté pris par la maire du village de 850 habitants, Isabelle Dugelet, pour dénoncer la pénurie de médecins. Au micro d'Europe 1, l'élue décrit ainsi une "situation médicale dramatique dans notre secteur".  

"Il est interdit aux habitants de décéder à domicile sur le territoire communal les samedis, dimanches et jours fériés pour une durée indéterminée", précise l'arrêté publié vendredi soir. "J'ai voulu tirer la sonnette d'alarme sur une situation médicale qui est dramatique dans notre secteur", explique Isabelle Dugelet, dénonçant une "situation absurde" à laquelle répond cet arrêté "tout aussi absurde". 

"Les habitants ont réagi très favorablement"

"Comme beaucoup d'endroits en France, on doit se déplacer beaucoup pour être soigné, plusieurs dizaines de kilomètres, ce qui représente beaucoup de temps et d'argent", poursuit la maire de La Gresle. Le secteur est notamment dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu nombreux, en sont dispensés. Le 1er décembre, l'élue avait ainsi mis 2h30 à trouver un médecin pour faire constater le décès d'un résident de l'Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l'information.

Avant de prendre cet arrêté, Isabelle Dugelet reconnaît avoir eu "des craintes en me disant que j'allais choquer". Mais, précise-t-elle, les habitants de La Gresle "ont réagi très favorablement", avec "beaucoup de compréhension". Les gens sont "soulagés qu'on essaye enfin de résoudre leurs problèmes", note-t-elle encore, regrettant le manque d'action face à la pénurie de médecins. "On dit beaucoup que c'est la préoccupation principale des territoires ruraux, mais on ne fait rien", déplore la maire. 

Europe 1
Par Sophie Eychenne, édité par Antoine Terrel