«Il y a une frilosité pour les réservations» : la pénurie de carburant inquiète le secteur du tourisme

Les annulations de vacances sont de plus en plus nombreuses ce qui inquiète les professionnelx du tourisme (Illustration) 1:35
  • Copié
Louise Douillet
À quelques jours du début des vacances de la Toussaint, les professionnels du tourisme s'inquiètent face aux annulations des vacanciers qui jouent la carte de la prudence dans un contexte de pénurie d'essence et de grève SNCF. Certains hôteliers notent plus de 10 % de réservations annulées en moins de 24 heures. 

Dans les stations-essence, la situation est toujours difficile même si une amélioration se fait sentir. Ce mardi, 28 % des pompes à essence sont en rupture totale ou partielle de carburants. À quatre jours seulement du début des vacances de la Toussaint, la pénurie d'essence inquiète les professionnels du tourisme. 

"Plus de 10 % des réservations annulées"

Placé entre la terrasse de l'hôtel des Mouettes de Larmor-Plage et la mer, l'hôtel de Frédéric Avignon possède de nombreux atouts. Et pourtant, le directeur s'inquiète pour les prochains jours. "On se rend compte qu'il y a une frilosité au niveau des réservations. On a déjà eu plus de 10% annulées en moins de 24 heures. Là, pour l'instant, on craint 50 à 70% d'annulation", explique-t-il au micro d'Europe 1.

"Tout cela va dépendre de l'ampleur de la grève et de savoir si la SNCF va bloquer ou pas. Je ne sais pas si on va perdre 10, 15 ou 70% du chiffre d'affaires. Peut-être que les gens vont se dire, après tout on part quand même en vacances", poursuit le directeur d'hôtel.

"C'est l'inquiétude"

Les préoccupations sont les mêmes dans le Pays Basque. Chaque année, à cette période, les touristes affluent pour la fête du piment. Jean-Charles Jeannou, à la tête de l'hôtel "Pyrénées-Atlantiques", est très déçu : "j'ai trois séjours qui se sont annulés. Certains clients parisiens devaient venir et ils ont annulé. J'espère qu'ils vont réserver à la dernière minute mais on n'y croit pas beaucoup. C'est l'inquiétude". Par conséquent, Jean-Charles n'aura pas recours aux extra pour les vacances. Il s'en tiendra à son équipe de quatre employés.