Forces de l'ordre à l'école : "Mieux vaut privilégier l'éducatif et la morale", plaide un sociologue

, modifié à
  • A
  • A
© EUROPE 1
Partagez sur :
Le sociologue de la jeunesse Michel Fize a plaidé vendredi au micro d'Europe 1 pour une réponse "sur la longue durée" aux problèmes de violence à l'école.
INTERVIEW

Un tabou a été levé vendredi. Après l'affaire de l'enseignante braquée avec une arme factice par un élève à Créteil, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé envisager "la présence physique de forces de l'ordre" dans certains établissements scolaires. Mais pour le sociologue de la jeunesse Michel Fize, "le mal est profond". Au micro de François Clauss, sur Europe 1, il plaide ainsi davantage pour "une politique sur la longue durée qui privilégie l'éducatif et la morale".

"On est en pleine contradiction". "Je crois que dans cette histoire, on est en pleine contradiction", explique l'auteur de La crise morale de la France et des Français. "Parce qu'on ne peut pas dire à la fois que l'école est un sanctuaire, un lieu où l'on doit calmement faire l'apprentissage des savoirs, puis ouvrir les portes aux forces de police. Un sanctuaire, par définition, c'est un lieu protégé de l'extérieur", souligne Michel Fize.

Entendu sur europe1 :
C'est comme mettre un pansement sur une jambe de bois

"Des moyens éducatifs" plus que "des moyens répressifs". Le sociologue pointe d'ailleurs une pénurie de moyens au sein des collèges et lycées, y compris en ce qui concerne les personnels de surveillance. "Les moyens humains réclamés par les enseignants sont des moyens éducatifs et non pas des moyens répressifs. C'est comme mettre un pansement sur une jambe de bois."

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec François Clauss sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"On ne traite pas les problèmes de fond". "Certaines mesures peuvent répondre à des actes de violences très graves, mais on ne traite pas les problèmes de fond" de cette façon, abonde Frédérique Rolet, professeur de Lettres et secrétaire générale du SNES-FSU, le principal syndicat enseignant. "Je crois surtout qu'il faut beaucoup plus d'adultes formés dans les établissements", poursuit-elle sur Europe 1.

 

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer sera l'invité de Patrick Cohen, samedi à 9 heures, dans C'est arrivé cette semaine.

Parmi les autres mesures qui devraient être présentées mardi en conseil des ministres, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a notamment "proposé de multiplier les travaux d'intérêt général dans les établissements scolaires". Le ministre de l'Éducation nationale a de son côté annoncé, pour les élèves de 13 à 18 ans, "la possibilité d'avoir des établissements spécialisés", avec du personnel éducatif, mais aussi "d'origine militaire ou de la police". Une dernière idée qui a aussi déclenché un flot de critiques. Jean-Michel Blanquer tentera sûrement d'y répondre, samedi, au micro de Patrick Cohen dans C'est arrivé cette semaine.

Europe 1
Par Thibauld Mathieu