Coronavirus : 30.182 morts en France, 26% de nouveaux cas en plus en une semaine

, modifié à
  • A
  • A
Les cas de coronavirus sont en hausse en France.
Les cas de coronavirus sont en hausse en France. © AFP
Partagez sur :
Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a augmenté de 26% en une semaine en France, alors que le bilan est désormais de 30.182 morts dans le pays. Dans le même temps, la pandémie continue de flamber dans les Amériques et d'inquiéter ailleurs dans le monde, notamment en Europe. 
L'ESSENTIEL

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a augmenté de 26% en une semaine en France, selon les données de Santé publique France. Alors que la tendance est à la hausse, le coronavirus a fait 30.182 morts au total dans le pays, tandis que les réanimations et les hospitalisations continuent de baisser. En parallèle, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que le "plan jeunes" sera doté de 6,5 milliards d'euros sur deux ans. 

Dans le monde, la pandémie continue de progresser très rapidement, notamment dans les Amériques et plus lentement dans les zones touchées au début de l'année, dont l'Europe. 

Les informations à retenir : 

  • Le bilan est de 30.182 morts en France, les réanimations et les hospitalisations en baisse
  • Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 26% en une semaine dans le pays 
  • Le "plan jeunes" sera doté d'une enveloppe globale de 6,5 milliards d'euros en 2020-2021
  • La pandémie a fait plus de 627.000 morts dans le monde

30.182 morts, le nombre de nouveaux cas en augmentation sur une semaine

"La situation épidémiologique est marquée par une hausse du nombre de cas (plus de 1.000 ce jour)." Voici les premiers mots du dernier bilan publié par la direction générale de la Santé, jeudi soir, à propos de l'épidémie de coronavirus en France. Celle-ci a fait 30.182 morts depuis le début (+10 en 24h).

La tendance à l'augmentation du nombre de nouvelles contaminations se confirme : les cas sont en hausse de 26% (hors Guyane) par rapport à la semaine dernière "contre +18% et +11% les deux semaines précédentes, soit une augmentation de +66% sur 3 semaines", précise la DGS. "Le virus circule sur l'ensemble du territoire", poursuit-elle. Au total, 570 foyers épidémiques se sont déclarés, dont dix nouveaux depuis mercredi, mais 361 sont clôturés.

Le nombre de personnes hospitalisées (5.957) et de patients en réanimation (436), en revanche, poursuit sa baisse. Depuis le début de l’épidémie, 106.529 personnes ont été hospitalisées et 80.472 personnes sont rentrées chez elles.

Le "plan jeunes" doté d'une enveloppe globale de 6,5 milliards d'euros sur 2020-2021

Le gouvernement a présenté jeudi un "plan jeunes" de 6,5 milliards d'euros sur deux ans face à la crise, avec en mesure phare une aide de 4.000 euros pour favoriser 450.000 embauches d'ici janvier. Ce plan "un jeune, une solution" table aussi sur la signature de 230.000 contrats d'apprentissage et 100.000 contrats de professionnalisation. Il prévoit également 20.000 missions supplémentaires en service civique dès cette année, d'une durée moyenne de 8 mois, et 80.000 l'année prochaine.

Par ailleurs, le plan marque aussi le retour des "contrats aidés" dans le secteur marchand, qui avaient été supprimés en 2017 par la nouvelle majorité (sauf en outremer), mais en les ciblant sur les jeunes les plus éloignés de l'emploi.

Le Parlement adopte le troisième et dernier budget d'urgence

Des milliards d'aide pour le tourisme, l'aéronautique, l'automobile ou encore l'emploi des jeunes : le Parlement a définitivement adopté jeudi le troisième projet de budget rectifié pour 2020 et ses nouvelles mesures d'urgence face à la crise, en attendant le plan de relance. L'Assemblée nationale a donné son ultime feu vert en fin de journée, après une adoption similaire un peu plus tôt au Sénat, à majorité de droite. La gauche s'est opposée au texte ou s'est abstenue, déplorant le rejet des mesures de "justice sociale" qu'elle proposait.

Une association de consommateurs demande à plafonner le prix des masques jetables 

Dans ce contexte, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que le gouvernement enverrait 40 millions de masques, désormais obligatoires, aux sept millions de Français les plus pauvres. "Nous passons un contrat avec la Poste qui s'est engagée à envoyer, d'ici à quelques jours seulement, ces masques gratuits, pour une protection de trois mois. Par ailleurs, l'assurance maladie remboursera à 100% les masques chirurgicaux pour deux millions de Français qui sont porteurs de vulnérabilité", a-t-il précisé. 

Invité d'Europe 1, jeudi matin, Olivier Gayraud, juriste à l'association de consommateurs CLCV, a appelé l'exécutif à aller plus loin en plafonnant le prix des masques jetables à un tarif deux fois plus faible que celui en vigueur actuellement. Ainsi, "vous divisez immédiatement le budget masques des Français par deux, sans avoir recours aux finances publiques", a-t-il argué.

Le Parlement européen hostile au budget proposé par les 27

Sur le plan européen, les chefs de l'UE ont défendu devant les eurodéputés l'accord historique trouvé par les 27 en sommet pour faire face aux conséquences de la crise du coronavirus, jeudi matin, même si Ursula von der Leyen a déploré un budget à long terme trop réduit. La présidente de la Commission européenne a estimé que l'accord permettait de voir la "lumière au bout du tunnel" mais l'"ombre" au tableau est, selon elle, "un budget de l'UE très maigre", qui s'élève à 1.074 milliards d'euros (contre les 1.100 milliards proposés par la Commission). "C'est "une pilule difficile à avaler. Et je sais que cette Assemblée ressent la même chose", a-t-elle lâché. 

Des inquiétudes également exprimées par le président de l'hémicycle David Sassoli, qui avait déploré dès mercredi les coupes prévues. Augurant d'une bataille entre institutions, le Parlement "conteste" l'accord sur le budget "sous sa forme actuelle", selon une résolution votée jeudi après-midi. Les eurodéputés menacent de ne pas voter l'accord s'il n'était pas "amélioré".

Trois millions de cas en Europe, plus de 627.000 morts dans le monde

Plus de 3 millions de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement déclarés en Europe, dont plus de la moitié en Russie, au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles jeudi. Le continent européen reste la région la plus touchée en nombre de décès: 206.714 morts. 

A l'échelle mondiale, la pandémie a fait au moins 627.307 morts depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon le dernier bilan de l'AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 143.190 décès, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Viennent ensuite le Brésil avec 82.771 morts, le Royaume-Uni (45.501 morts), le Mexique (41.190) et l'Italie (35.082).

En Asie, des inquiétudes resurgissent également, le virus ayant recommencé à se propager. Les quelque 10 millions d'habitants de Tokyo ont été invités à rester chez eux à partir de jeudi, premier jour d'un long week-end férié au Japon. En Australie, qui avait jusqu'à présent réussi à contenir l'épidémie, l'Etat du Victoria (sud), dont Melbourne est la capitale, a encore enregistré jeudi 422 nouvelles contaminations.

Les Amériques toujours dans l’œil du cyclone 

L'Amérique latine et les Caraïbes, deuxième région la plus touchée en nombre de cas (4.040.925 contaminations et 172.886 décès) fait toujours face à une progression très rapide du virus. Le Brésil a enregistré une explosion des nouvelles contaminations du coronavirus, avec 67.860 cas au cours des dernières 24 heures, alors que l'OMS avait affirmé vendredi dernier que la pandémie avait atteint un plateau dans le pays. Le Pérou a révisé à la hausse son bilan à 17.455.

En Equateur, six cas sur dix du nouveau coronavirus n'ont pas respecté leur isolement obligatoire en juin, ce qui s'est traduit par une remontée de la contagion, notamment à Quito. Le petit pays de 17,5 millions d'habitants compte près de 77.300 cas confirmés de Covid-19, dont plus de 5.400 morts.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP