Coronavirus : 30.602 morts en France, plus de 5.400 nouveaux cas

, modifié à
  • A
  • A
Samedi, la France comptait 30.602 morts du coronavirus.
Samedi, la France comptait 30.602 morts du coronavirus. © AFP
Partagez sur :
La pandémie a fait plus de 838.000 morts dans le monde. Partout, de nouvelles mesures de restriction sont mises en place : en France, on dénombre 5.400 nouveaux cas en 24 heures samedi. Une manifestation d'anti-masques a eu lieu à Paris en début d'après-midi.
L'ESSENTIEL

Une baisse après trois jours d'une progression "exponentielle". On compte plus de 5.400 nouveaux cas de coronavirus en France en 24 heures samedi. De son côté, le taux de positivité des tests atteint les 4% et progresse une nouvelle fois. Les mesures anti-coronavirus, notamment l'obligation du port du masque qui tend à se généraliser n'est pas du goût du tous : à Paris, entre 200 et 300 personnes ont ainsi défilé contre cette obligation samedi en début d'après-midi. 

Les informations à retenir

  • Ce samedi, la France comptait 30.602 morts du coronavirus
  • 200 à 300 anti-masques ont manifesté à Paris en début d'après-midi
  • Des médecins recommandent le port du masque pour tous les élèves de plus de 6 ans
  • La Hongrie referme ses frontières, le Canada prolonge la fermeture des siennes

5.453 cas en 24 heures en France

Plus de 5.400 nouveaux cas d'infection par le coronavirus ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, a annoncé samedi Santé publique France, un chiffre en baisse après trois jours de progression "exponentielle". 5.453 nouveaux diagnostics positifs ont été comptabilisés, contre 7.379 vendredi, 6.111 jeudi et 5.429 mercredi, qui constituaient de nouveaux records depuis que les tests se déroulent à grande échelle.

Le taux de positivité des tests (nombre de personnes testées positives divisé par le nombre de personnes testées) a en revanche poursuivi sa progression, s'établissant à 4% sur les sept derniers jours, contre 3,9% annoncés vendredi, 3,8% jeudi et 3,6% mercredi. Depuis le début de l'épidémie 30.602 personnes sont décédées en France, soit 6 de plus en 24 heures, dont 20.095 au sein des établissements hospitaliers et 10.507 (données de jeudi) en établissements sociaux et médico-sociaux.

Le Tour de France ira-t-il jusqu'au bout ?

Les coureurs du Tour de France se sont élancés ce samedi depuis Nice, avec un protocole sanitaire strict alors que les chiffres de l'épidémie en France montrent un rebond des contaminations. Alors que les cyclistes vont traverser des départements classés rouge, les organisateurs s'inquiètent de savoir si la Grande Boucle pourra être menée à son terme avec la crainte de coureurs positifs. "Si le Tour peut tenir jusqu'à Paris, ce serait déjà une réussite", reconnaît par exemple Romain Bardet, deux fois sur le podium de l'épreuve.

L'exclusion d'une équipe du Tour de France sera d'ailleurs prononcée si deux de ses membres, encadrement inclus, sont positifs au Covid-19, a annoncé samedi à l'AFP le directeur du Tour Christian Prudhomme. "On en reste à deux cas sur 30 personnes d'une même équipe sur une période de sept jours", a-t-il déclaré samedi.

Des médecins recommandent le port du masque pour tous les élèves de plus de 6 ans

Le protocole sanitaire prévu par l'Education nationale pour les écoles "ne protège ni les personnels ni les élèves et leurs familles", estimait samedi un collectif de médecins, appelant à durcir les précautions à trois jours de la rentrée. "L'école n'est pas prête. (...) Compte tenu du protocole en vigueur, rien ne semble empêcher les écoles de devenir des clusters" (des foyers infectieux), alertent les signataires. Ils proposent notamment "de recommander le port du masque en lieu clos pour tous les élèves de plus de 6 ans", considérant que "les enfants de moins de 11 ans sont aussi contaminants que les adolescents ou les adultes". Cette question ne fait toutefois pas l'objet d'un consensus.

Mi-août, le même groupe de médecins signaient une tribune recommandant le masque obligatoire dans tous les lieux collectifs clos

Les anti-masques réunis à Paris...

Entre 200 à 300 personnes étaient rassemblées dans le calme samedi à Paris pour dénoncer le port obligatoire du masque aux cris de "liberté, liberté !" et avec le soutien de quelques gilets jaunes. Réunis à partir de 13h place de la Nation, ils ont notamment accusé le gouvernement de "manipuler les gens par la peur" et d'imposer le masque dans plusieurs grandes villes "sans aucune justification scientifique". Les manifestants ont rapidement été encerclés par plusieurs dizaines de policiers, dont certains ont dressé des contraventions de 135 euros pour non port du masque.

Exprimant leur solidarité, plusieurs gilets jaunes ont notamment critiqué le fait que le masque n'est pas gratuit. "C'est une justification de plus pour ne pas l'imposer et faire payer le peuple", a expliqué l'un d'eux.

... et à Berlin

Peu nombreux à Paris, les anti-masques étaient plusieurs milliers à défiler ce samedi à Berlin contre le port du masque et les mesures de restrictions contre la pandémie de Covid-19. Intitulé "fête de la liberté et de la paix", l'événement auquel ont participé jusqu'à 30.000 personnes, rassemblant "libres penseurs", militants anti-vaccins, conspirationnistes ou encore néonazis et sympathisants d'extrême droite a connu quelques tensions en fin de journée "Ils sont prêts à s'en prendre à l'Etat de droit. A nos yeux, un cap a été franchi", estime le chef de la police berlinoise au micro d'Europe 1.

Nouvelles fermetures de frontières

Ailleurs dans le monde, plusieurs pays durcissent leurs mesures. À partir du 1er septembre, "les citoyens étrangers ne seront plus autorisés à entrer sur le territoire de la Hongrie. Les citoyens hongrois qui reviennent de l'étranger doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours ou doivent présenter deux tests négatifs", a déclaré le chef du Bureau du Premier ministre.

De son côté le Canada va prolonger jusqu'au 30 septembre la fermeture de ses frontières internationales aux étrangers, à l'exception notamment de certains Américains, afin d'éviter la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi le gouvernement.

En Argentine, Le gouvernement a annoncé ce vendredi la prolongation des mesures de confinement jusqu'au 20 septembre alors que le pays signale un record d'infections avec 11.717 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures 

Plus de 24,5 millions de cas dans le monde

La pandémie a fait plus de 838.271 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi en milieu de journée. Plus de 24.795.760 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont au moins 15.976.700 sont aujourd'hui considérés comme guéris. 

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 181.779 décès pour 5.918.381 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins qui fait référence. Suivent le Brésil avec 119.504 morts, le Mexique avec 63.164 morts, l'Inde avec 62.550 morts, et le Royaume-Uni avec 41.486 morts.