Education dans les banlieues : #viensvoirmontaf, l'association qui veut "éviter les 'stages kebab'"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Virginie Salmen, spécialiste éducation d'Europe 1 a cofondé une association, #viensvoirmontaf, qui permet aux collégiens de troisième de faire les stages qui les intéressent. 
INTERVIEW

Comment trouver un stage intéressant quand on n'a aucun réseau professionnel ? C'est à cette problématique que devrait s'attaquer Emmanuel Macron en annonçant ce mardi une mesure de son plan banlieues très attendue qui vise à aider les jeunes des quartiers à trouver des stages de troisième, qui sont difficiles à décrocher sans réseaux professionnels : Etat et entreprises s'engageront à proposer 30.000 offres au total. Mais certains n'ont pas attendu les mesures du gouvernement, comme Virginie Salmen, spécialiste éducation à Europe 1, qui aide les collégiens des REP et REP+ [Réseau d'éducation prioritaire, ndlr] à trouver un stage grâce son association #viensvoirmontaf.

"Ceux qui ne trouvent pas de stage sont récupérés par la mairie pour coller des enveloppes". "On a voulu leur éviter le fameux 'stage kebab' : le stage au restaurant d'en bas", explique la journaliste invitée d'Europe 1 Matin. "Dans le collège à Romainville dans lequel on a démarré notre action, on a remarqué que les élèves sont en stage dans les commerces entre leur école et leur domicile", révèle-t-elle. "Les plus rapides obtiennent un stage, et ceux qui ne trouvent pas sont récupérés par la mairie pour coller des enveloppes. Ce n'est pas un stage ambitieux qui donne envie et qui est à la hauteur de ce qu'ils ont envie de faire". 

"On leur a offert un réseau". Dans une classe, deux tiers des élèves ont des parents inactifs ou ouvriers, donc le réseau professionnel n'est pas le même que dans un cadre supérieur", analyse Virginie Salmen au micro d'Europe 1. "C'est très difficile de trouver un stage, donc on leur a offert un réseau, ça va de très grandes entreprises à des cabinets d'avocats, d'architectes, mais aussi une sommelière du chocolat (spécialiste des grands crus de chocolat, ndlr) ou encore un bruiteur du cinéma, les offres sont très diverses". 

Objectif : 150.000 stages. En trois ans, 800 adolescents ont pu bénéficier d'un stage via l'association #viensvoirmontaf. "Mais comme beaucoup d'associations de terrain on se dit qu'on a trouvé une solution à un problème simple, on aimerait passer à l'échelle supérieure avec comme objectif final c'est 150.000 stages pour les élèves de troisième dans les REP et les REP+".

Europe 1
Par Ugo Pascolo