Djihadiste libéré de prison : "La justice française est assez naïve"

  • A
  • A
Partagez sur :
Flavien Moreau, le premier djihadiste condamné à son retour de Syrie, a été libéré de prison lundi. Selon l’avocat Thibault de Montbrial, interrogé sur Europe 1, "la justice française est assez naïve face à ces gens".
INTERVIEW

L’annonce de sa libération a provoqué un tollé à droite. Flavien Moreau, le premier djihadiste condamné à son retour de Syrie, est sorti lundi de la prison de Condé-sur-Sarthe, où il était incarcéré. L’avocat Thibault de Montbrial a estimé que "la justice française est assez naïve" et s’est dit favorable à une rétention de sûreté pour les djihadistes, mercredi soir sur Europe 1.

"La justice française est assez naïve face à ces gens. Les peines prononcées par la justice anti-terroriste sont en réalité beaucoup plus faibles qu’elles ne le devraient. Le procureur national antiterroriste et la DGSI sont furieux contre les peines prononcées", a poursuivi l’avocat. Flavien Moreau avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme.

"Il faut que les peines soient plus longues"

Thibault de Montbrial a demandé plus de fermeté à la justice française, estimant que les peines prononcées sont trop faibles. "Il faut que les peines soient plus longues. Des cours d’assises spéciales antiterroristes ont baissé les peines de première instance, en disant que ces individus avaient l’air de sincèrement se repentir. Mais, contrairement aux terroristes basques, les islamistes sont dans une logique de dissimulation, ils n’assument jamais", a-t-il assuré.

S’il préférerait que les djihadistes soient jugés et détenus en Irak, Thibault de Montbrial concède "qu’il vaut mieux les faire rentrer en France que de les voir disparaître dans la nature en Syrie et commettre un attentat six mois plus tard." "En revanche, il faut les traiter sans naïveté, très fermement et en gardant une surveillance pendant toute la durée de la peine puis après", redemande-t-il.

"Ce qui nous pend au nez, c’est un attentat commis par un individu libéré par la justice"

L’avocat a également dit craindre que Flavien Moreau, le djihadiste sorti de prison en début de semaine, ne commette un attentat sur le sol français. "Il faut le surveiller, et espérer qu’il ne commette pas d’attentat dans les mois qui viennent. Ce qui nous pend au nez, c’est un attentat commis par un individu libéré par la justice antiterroriste, comme il y a quelques semaines en Angleterre (un homme, déjà condamné pour terrorisme, avait tué deux personnes dans une attaque au couteau fin novembre à Londres, ndlr). Je ne vois pas au nom de quoi on se prive de la rétention de sûreté."