Deux inventions "made in France" qui révolutionnent l'entretien des WC

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

À l'occasion de la Journée mondiale des toilettes, "La France bouge" donne la parole à deux inventeurs qui entendent simplifier le nettoyage des WC.

LA FRANCE BOUGE

Petit-coin, water-closet, commodités, lieu d'aisance… peu importe le nom, la fonction est toujours la même. Nous passons en moyenne trois ans de notre vie dans cette pièce, à y faire ce que personne d'autre ne peut y faire à notre place, selon les chiffres de l'Organisation mondiale des toilettes. Une raison de plus pour s'y sentir bien, et en toute propreté. À l'occasion de la Journée mondiale des toilettes, instaurée par l'ONU depuis 2001, La France bouge sur Europe 1 se penche sur deux inventions françaises qui entendent considérablement simplifier l'entretien du trône.

Un balai-brosse qui ne se salit pas

Il s'agit de l'un des objets les plus mal aimés, et pourtant l'un des plus sollicités de la maison : le balai-brosse. Sandra Legel est partie d'un constat simple : cet objet nettoyant, parce que largement dédaigné, se voit généralement fort mal dessiné pour remplir en toute efficacité sa fonction, à savoir récurer la cuvette des toilettes. "Les balais-brosses classiques, avec les picots synthétiques, se salissent rapidement, gouttent. Je me suis attaquée à tous ces problèmes, et ça a donné naissance à BBB la brosse", comprenez "The Best Balai Brosse", explique cette startupeuse d'origine hollandaise au micro de Raphaëlle Duchemin.

>> De 12h30 à 14h, c’est La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

Elle a ainsi mis au point, avec l'aide d'ingénieurs, une brosse qui ne goutte pas et déloge, à l'aide de ses 120 ergots caoutchouteux, la saleté des WC sans que celle-ci ne s'y accroche. "On s'est inspiré d'une feuille d'arbre. Une feuille possède des nervures pour faciliter l'écoulement de l'eau", explique Sandra Legel. Sa brosse, fabriquée à Boutencourt dans l'Oise, l'un des berceaux historiques de la brosserie en France, se compose d'un alliage élastomère bio-sourcé, c'est-à-dire une résine fabriquée à partir de déchets organiques, et de plastique recyclé. "C'est un produite eco-conçu. On a réalisé une analyse de cycle de vie, ce qui parle de plus en plus aux personnes. Ce balai-brosse a un impact environnemental moindre et est vraiment durable", fait encore valoir Sandre Legel. Comptez de 39 à 49 euros pour le modèle 100% biologique, entièrement fabriqué à partir de déchets de betterave et d'algues brunes de Saint-Malo.

Une lunette clipsable

C'est également un problème d'hygiène qui a poussé Agnès Lowe à innover. Cette mère de famille de l'Orne en a eu assez des lunettes de WC impossibles à démonter pour pouvoir être correctement nettoyées. "Faire le ménage en attendant que monsieur sorte du boulot, avec sa caisse à outil, ça m'a un peu énervé", raconte-t-elle. À force de croquis et de prototypes, elle a fini par concevoir un support facilement démontable. Sa lunette de toilette clipsable et sans vis a même décroché une médaille d'argent au concours Lépine en 2013. "On l'enlève et on la passe sous la douche, ou on la nettoie à la lingette. Terminé !", résume-t-elle.

Fabriquée dans le Calvados, la lunette Papado s'est d'abord adressée à des établissements où les questions d'hygiène sont primordiales, à savoir les maisons de retraite et les hôpitaux, avant de se tourner vers les particuliers. Comptez 30 euros pour une simple lunette blanche ou grise, et de 55 à 64 euros pour les modèles colorés et personnalisables. "Le but prochain, c'est de cibler l'hôtellerie", souffle Agnès Lowe. "C'est toujours le même principe, les lunettes ne sont pas systématiquement démontées pour être nettoyées en dessous."