Déplacements, courses, sport : ce que vous pouvez faire (ou pas) ce week-end

, modifié à
  • A
  • A
contrôle coronavirus confinement
La règle générale reste l'interdiction de sortir de chez soi, sauf motif impérieux (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Face à l'ampleur de la "deuxième vague" épidémique du coronavirus, l'exécutif a décidé cette semaine d'un nouveau confinement, en vigueur depuis vendredi matin. Pour la première fois ce week-end, les Français sont donc appelés à rester chez eux, en ne sortant que pour des motifs précis. Europe 1 fait le point. 

Pour la première fois depuis le printemps, il faudra à nouveau vous munir d'une attestation pour sortir ce week-end, pour quelque motif que ce soit. Face à l'ampleur de la "deuxième vague" épidémique du coronavirus, Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement d'un mois, entré en vigueur vendredi et dont les contours ont été précisés par Jean Castex et les membres du gouvernement, jeudi. Des modalités parfois différentes de celles qui se sont appliquées de mars à mai : Europe 1 fait le point. 

Ce que vous pouvez faire

La même chose que pendant le premier confinement. De manière générale, comme au printemps, les dérogations sont possibles pour faire vos courses - y compris dans les jardineries cette fois -, aller chez le médecin... mais aussi prendre l'air pendant "une heure maximum" et dans "un rayon d'un kilomètre du domicile". Les parcs, jardins, forêts et plages restent ouverts pour ceux qui résident à proximité de ces espaces. 

 

Rendre visite à un proche dans un Ehpad. "Pour éviter que ne se nouent des drames humains que nous avons vécus au printemps, que des personnes seules, en fin de vie, se retrouvent totalement isolées, les visites en maison de retraite et en Ehpad seront cette fois autorisées, dans le strict respect des règles sanitaires", a indiqué Emmanuel Macron mercredi soir. 

Rentrer de vacances, ou aller chercher vos enfants. Les forces de l'ordre sont invitées à la souplesse ce week-end, pour permettre aux Français partis en vacances pour la Toussaint de rentrer sereinement chez eux ou d'aller chercher des enfants déposés chez des proches, par exemple. Cette tolérance doit durer jusqu'à dimanche soir. 

Célébrer la fête de la Toussaint. Si les rassemblements sont interdits, les lieux de culte restent néanmoins ouverts pour ce nouveau confinement. "Une tolérance sera appliquée pour les cérémonies prévues ce week-end de la Toussaint, ainsi que pour les déplacements dans les cimetières et les commerces de fleurs", a précisé Jean Castex. 

Aller au marché dans votre quartier. Les marchés alimentaires restent, de manière générale, ouverts (sauf si le préfet en décide autrement). Les commerces jugés non-essentiels (dont les bars et restaurants) sont fermés, mais la livraison à domicile est toujours possible. 

Regarder un match de football à la télévision. Si le sport amateur est à nouveau à l'arrêt, les compétitions professionnelles peuvent continuer - à huis clos - pendant cette nouvelle période de confinement. Les fans de Ligue 1, par exemple, ne seront donc pas privés de football ce week-end. 

Ce que vous ne pouvez pas faire

Acheter des livres à la librairie. Cinémas, théâtres mais aussi librairies resteront fermées pour toute la durée du confinement, ce qui a poussé le jury du Goncourt et de d'Interallié à reporter leurs prix qui devaient être remis les 10 et 18 novembre. Des services de "click and collect" pourront toutefois être mis en place par les libraires et les disquaires. 

Jouer au football avec vos amis. Comme lors du premier confinement, les salles de sport et les gymnases sont fermés, et  les sports collectifs de plein air interdits. 

 

Changer de lieu de confinement, ou voyager dans une autre région. Il ne sera pas possible "de voyager au sein du territoire national, y compris d'une résidence principale vers une résidence secondaire", a indiqué le Premier ministre Jean Castex, en précisant qu'"une amende forfaitaire de 135 euros" serait toujours appliquée "en cas de non respect du confinement". 

Europe 1
Par Margaux Lannuzel avec AFP