Crash d'Ethiopian Airlines : des familles françaises demandent des comptes à Boeing

  • A
  • A
Le crash en mars d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts.
Le crash en mars d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts. © AFP
Partagez sur :
Après le crash en mars d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines, deux familles françaises ont lancé des actions en justice contre l'avionneur américain Boeing, en France et aux États-Unis.

Deux familles françaises ont lancé des actions en justice contre l'avionneur américain Boeing, en France et aux États-Unis, après le crash en mars d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi. La première a porté plainte début avril pour "homicide involontaire" à Paris, où des juges d'instruction ont été chargés de mener l'enquête française sur cet accident qui a fait 157 victimes, dont 7 ressortissants français.

Dans sa plainte, elle fait valoir que, un autre Boeing 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air s'étant écrasé dans des conditions similaires en octobre 2018 (187 morts), "la défaillance technique ne pouvait être ignorée" par l'avionneur et éventuellement les autres acteurs "intervenus dans la construction, la commercialisation, la certification et l'usage de l'appareil".

"Le comportement gravissime de Boeing ne saurait se régler uniquement sur un plan indemnitaire"

Le groupe américain a indiqué la semaine passée que la mise à jour du système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les deux catastrophes aériennes, ainsi que les changements nécessaires à la formation des pilotes étaient prêts, semblant ouvrir la voie à un retour en service pour cet avion, cloué au sol depuis la mi-mars.

"Nous n'avons pas attendu les aveux de Boeing sur l'existence des défaillances de l'appareil pour engager la responsabilité pénale du constructeur. Le comportement gravissime de Boeing ne saurait se régler uniquement sur un plan indemnitaire", a réagi Me Yassine Bouzrou, l'avocat de cette famille.

Boeing n'a pas pris les mesures nécessaires après l'accident de la compagnie Lion Air estime la femme d'une victime

Lundi, c'est une femme française, dont le mari suédo-kenyan est décédé lors du crash, qui a pour sa part déposé une assignation devant le tribunal de district américain de Chicago, où est situé le siège de Boeing. Avec la mère du défunt, elles estiment que Boeing n'a pas pris les mesures nécessaires après l'accident de la compagnie Lion Air car le groupe craignait notamment des répercussions financières négatives si la réputation de son appareil était entachée.

Elles réclament en conséquence 276 millions de dollars (environ 250 millions d'euros) de dommages à l'avionneur américain, selon le texte de leur plainte transmise. "Nous n'avons pas porté plainte contre Ethiopian Airlines car les pilotes ont réagi comme il le fallait. C'était une bataille qu'ils ne pouvaient pas gagner", a affirmé mardi l'avocat de ces deux femmes, Me Nomaan Husain, lors d'une conférence de presse à Paris.